Cinema
Festival du film francophone d’Angoulême : 52000 figurants sur les remparts de la ville

Festival du film francophone d’Angoulême : 52000 figurants sur les remparts de la ville

02 septembre 2022 | PAR La Rédaction

Du 23 au 28 août, on a touché le ciel à Angoulême. Comme chaque année, une constellation d’étoiles battait le pavé de la Cité des Valois, alors que le Festival du film francophone d’Angoulême soufflait ses 15 bougies…

Par Farah Malaoui

Une édition anniversaire

Le Festival du film francophone d’Angoulême qui affiche une fréquentation en constante augmentation depuis sa création en 2008. Cet été : 52000 figurants d’un univers parallèle, celui du cinéma emmené par Dominique Besnehard et Marie France Brière -ses serviteurs- ont envahi les salles obscures d’Angoulême.
En plein air, une exposition XXL célèbre l’anniversaire du FFA. Suspendues aux lampadaires, les clichés en noir et blanc de Christophe Brachet feuillètent sans nostalgie l’album souvenirs des 14 dernières éditions.

Une programmation engagée et populaire

Mettant à l’honneur le cinéma rwandais, cette édition 2022 a montré une programmation très féminisée, 7 films sur 10 en compétition sont portés par des réalisatrices. Signe d’une santé revigorée ? Le cinéma a convoqué tous ses genres en avant-premières : ultra-réaliste ou fantasque, loufoque et drôle, grave voire documenté. Et de quoi parle t-on ? Essentiellement de nous. Compilez toutes les strates qui composent notre société, avec tous les maux qui la convulsionnent. Faîtes un prélèvement vertical résolument contemporain. A vif, les questions du sens et de l’existentialité brillent comme des étoiles en désordre qui s’entrechoquent et nous subjuguent.

Et le Festival du film francophone d’Angoulême met aussi en avant un cinéma populaire. La programmation a zoomé cette année sur les sujets de société avec une sensibilité au premier degré. Le jury de la compétition présidé par André Dussolier qui servait par ailleurs 2 films dans cette édition, a décerné le Valois de diamant -la plus haute récompense- au film Les Pires, premier long métrage de Lise Akoka et Romane Guéret. Une comédie humaine tonique, portée par des acteurs novices, très jeunes. C’est l’enfance de l’art qui fait écho au film Le sixième enfant de Léopold Legrand, qui s’est distingué en cumulant 4 prix dont celui du scénario et de la meilleure actrice pour Sara Giraudeau. Un récit poignant qui questionne le désir profond de maternité percuté par une implacable réalité sociale.

Les découvertes et les pépites

Dans cette parenthèse exotique du cinéma français : on découvre, on apprend, on ressent, on interroge, bref tous les moyens sont bons pour cheminer…vers soi. Une virée au Maroc avec « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani a par ailleurs reçu le Valois de la mise en scène et celui de l’acteur décerné à Saleh Bakri pour son incarnation délicate des sentiments sous le poids de la culture.

Quelques pépites aussi ont éclairé les secousses douloureuses de notre trajectoire comme des cailloux blancs semés dans notre histoire collective à l’instar de « Nos frangins » de Rachid Bouchareb ou « les secrets de mon père » de Véra Belmont, qui nous rappellent que le passé éclaire le présent et nous invite à décider de l’avenir à chaque pas de notre aventure personnelle.

L’un des films du dernier jour du festival semble apporter la seule réponse plausible à tous les doutes : Tu choisiras la Vie, premier film sensible et philosophique plus que spirituel, de Stéphane Freiss qui juxtapose l’attachement au ciel et la servitude à la terre (ou inversement), seul film doublement sélectionné par les festivals d’Angoulême et de Saint-Jean de Luz, à suivre.

Bref, du premier regard aux hommages rendus au cinéma, tous les films flamboient à Angoulême. En guise de clôture, l’étoile Louis Garrel nous a invité à filer en douce comme un voyou sentimental sous la peau de Roschdy Zem, avec Anouk Grinberg et Noémie Merlant, pour nous donner rendez-vous au Pays Basque du 3 au 9 octobre au Festival du film international de Saint Jean de Luz.

visuel(c) affiche du festival

Cinédanse : Vicente Escudero, de la scène à l’écran
Le stage de jazz vocal du festival de Crest : rencontre avec Jérôme Duvivier et Laurence Saltiel
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture