Cinema
Détective Dee et le mystère de la flamme fantôme, une somptueuse partie de cluedo chinoise !

Détective Dee et le mystère de la flamme fantôme, une somptueuse partie de cluedo chinoise !

10 avril 2011 | PAR Olivia Leboyer

En l’an 689, en Chine, les préparatifs vont bon train pour le couronnement de l’impératrice Wu-Zetian. On construit notamment un splendide Bouddha géant (un stupa), haut de 120 mètres ! Mais des morts mystérieuses se produisent soudain… Un excellent divertissement policier, sorte de cluedo chinois à très grand spectacle ! Courez-y dès le 20 avril.

On pourrait craindre un film de sabres, réservé aux seuls initiés, long à périr pour les spectateurs peu au fait du genre…Or, ce Détective Dee est une vraie belle surprise ! Visuellement, le spectacle est déjà magnifique, à grands renforts d’effets spéciaux et de décors qui en mettent plein la vue (le Bouddha géant en tête !). Mais l’intrigue est amusante à souhait et très bien ficelée. On rit énormément, à suivre les aventures de ce drôle de Détective Dee (Andy Lau, un sex symbol chinois ; mais le beau Tony Leung est là aussi !), sorti de prison par la future impératrice (la superbe Carina Lau, excellente !), contre laquelle il avait jadis œuvré. Celle-ci lui fait en effet confiance pour résoudre la déroutante énigme de ces hommes qui, sur le chantier du Bouddha, meurent subitement, consumés par des flammes venues de l’intérieur de leur propre corps ! Sortilège ? On pense d’abord qu’il s’agit d’un châtiment divin, car le maître d’œuvre du Bouddha avait touché aux bannières sacrées. Mais l’explication ne tient pas la route… D’autres morts surviennent, de grands cerfs sacrés viennent délivrer des prophéties, le Détective Dee part à la chasse aux flammes dans le grand Marché Fantôme, flanqué d’une belle et mystérieuse acolyte, Jing (Li Bingbing), la favorite de l’impératrice, et d’un étrange albinos… Le ballet peut alors commencer entre poursuites échevelées, attirance, déductions abracadabrantes, complots, identités multiples, etc…
Le mystère est suffisamment épais pour tenir en haleine le spectateur le plus exigeant. Le ton est singulier, puisque l’humour prédomine très largement. Cependant, les passages émouvants fonctionnent également bien, et l’on se surprend à verser par instants une larme, avant de repartir à un rythme trépidant vers la résolution du fameux mystère ! Sans dévoiler l’intrigue, très bien construite et (surtout !) très limpide (le film peut également plaire aux enfants !), soulignons que l’une des dernières répliques du film est : « Eh bien, le mystère est donc résolu ! ». Ah, ces Chinois, quand même, ils sont très forts !

Détective Dee et le mystère de la flamme fantôme, de Tsui Hark, Hong Kong, 2h03, avec Andy Lau, Carina Lau, Li Bingbing, Tony Leung Ka-Fai. Sortie le 20 avril 2011.

Infos pratiques

The Big C ou l’ode à la bonne humeur
La Flèche d’Or
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

2 thoughts on “Détective Dee et le mystère de la flamme fantôme, une somptueuse partie de cluedo chinoise !”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *