Cinema
[Cannes 2021, Hors Compétition] Revolution of our times, ample documentaire montrant la contestation à Hong Kong

[Cannes 2021, Hors Compétition] Revolution of our times, ample documentaire montrant la contestation à Hong Kong

03 août 2021 | PAR Geoffrey Nabavian

Programmé in extremis à Cannes 2021, ce film offre une peinture des actions nées du mouvement de contestation ayant secoué Hong Kong en 2019. Il accroche du fait de son style foisonnant.

En 2019, à Hong Kong, une grande foule manifeste. En cause, une loi devant permettre, dans les cas où des jugements doivent être rendus, l’extradition des accusés vers la Chine, où la justice n’est pas la même. Ce mouvement dure, affronte les forces de l’ordre de la ville, et ne se rend pas. Signé par le réalisateur Kiwi Chow, et programmé in extremis au Festival de Cannes 2021, Revolution of our times est un long-métrage documentaire politique qui rend compte de toutes ces actions de contestation.

Donnant bien à comprendre la chronologie des faits, du fait de sa structure, avec chapitres aux titres rappelant les grands événements de cette lutte, ce film marque par son aspect foisonnant. Il offre la parole à beaucoup d’intervenants et progresse à un rythme rapide. Mais ce faisant, il donne quelque peu à sentir le climat urgent de cette époque, et l’énergie qui animait ses acteurs. Et il demeure suffisamment limpide et coupé pour ne pas égarer.

On reste notamment captivé lorsqu’il dépeint, longuement, l’organisation d’actions coordonnées via les smartphones et leurs possibilités. Une fois des programmes semblables à des applications Internet créés, les contestataires s’en servirent pour se contacter, et programmer des coups d’éclat – potentiellement très dangereux – dans tout l’espace de la ville. Une description à même de faire réfléchir le spectateur.

Le documentaire Revolution of our times a été présenté au Festival de Cannes 2021 Hors Compétition.

Découvrez tous nos articles sur les films du Festival dans notre dossier Cannes 2021.

*

Visuel : affiche internationale de Revolution of our times

[Cannes 2021, Hors Compétition] The year of the everlasting storm : penser et rêver le confinement, en plusieurs segments
L’agenda classique de la semaine du 3 août
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture