A l'affiche
Agenda cinéma du 16 septembre

Agenda cinéma du 16 septembre

16 septembre 2020 | PAR Maëlle Polsinelli

Une disparition, une rencontre avec un âne, des confessions et un cri d’alarme : cette semaine cinéma est loin d’être monochrome. 

J’IRAI MOURIR DANS LES CARPATES d’Antoine de Maximy 

Après J’irai dormir à Hollywood, Antoine de Maximy est de retour au cinéma avec J’irai mourir dans les Carpates. Dans cette fiction, le réalisateur imagine sa propre disparition à l’issue d’un accident de voiture dans les montagnes des Carapates. À Paris, la monteuse des séries J’irais dormir chez vous du réalisateur, Agnès, décide de visionner les rushs pour terminer l’émission, mais ceux-ci vont servir à mener une enquête policière….

ANTOINETTE DANS LES CÉVENNES de Caroline Vignal 

Antoinette (Laure Calamy) attend l’été depuis deux mois, promesse d’une semaine idyllique passée avec son amant Vladimir (Benjamin Laverhne). Quand celui-ci annule finalement leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes en compagnie de sa femme et sa fille, Antoinette décide de les suivre. À son arrivée, ce n’est pas son amant qu’elle rencontre, mais un âne qui deviendra son compagnon de randonnée au cours de ce périple décalé.

LES CHOSES QU’ON DIT, LES CHOSES QU’ON FAIT d’Emmanuel Mouret

Daphné, enceinte de trois mois, est en vacances avec son compagnon François. Mais celui-ci doit s’absenter pour son travail, laissant Daphné seule en compagnie de son cousin dont elle n’avait jamais fait connaissance. Quatre jours durant, tandis qu’ils attendent le retour de François, Daphné et Maxime livrent une part de leur intimité et se confient sur leurs histoires d’amour. Deux ans seulement après Mademoiselle de Joncquières, nommé à six reprises aux César 2019, Emmanuel Mouret présente son nouveau long métrage en tant que réalisateur et scénariste. Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait se veut un histoire de sentiments mêlant légèreté et gravité.

 

LES MAL-AIMÉS, d’Hélène Duc 

Cette oeuvre, qui se décline en courts métrages animés, parle avec tendresse de nos « mal-aimés »; ces espèces peuplent notre planète et qui ont mauvaise réputation dans les contes et légendes de tous temps. Ces animaux ont pourtant une vie riche et fascinante, trop souvent ignorée, et que la réalisatrice propose de réhabiliter. 

Crédit visuel: © JULIEN PANIE?/CHAPKA

Stefan Kaegi : « J’ai la possibilité de mettre les spectateurs dans les différentes peaux des personnes qui pensent et font un chantier »
Les occupants du cinéma La Clef préparent leur procès en appel
Maëlle Polsinelli

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *