A l'affiche

« Wajib » : Un père et un fils préparent un mariage dans des rues de Nazareth [Critique]

« Wajib » : Un père et un fils préparent un mariage dans des rues de Nazareth [Critique]

13 février 2018 | PAR Yaël Hirsch

Après Le sel de la mer sélectionné à Un Certain regard en 2008 et When I saw you (2012) primé dans plusieurs festivals mondiaux, la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir est sur nos écrans le 14 février 2018 avec une troisième long-métrage qui oscille entre comédie et documentaire. Wajib est une plongée dans les rues du Nazareth palestinien et chrétien, à la veille de Noël.
[rating=3]

Un peu avant Noël, le respectable professeur Abu Shadi (Mohammad Bakri) et son fils, architecte revenu de Rome quelques temps, Shadi (Saleh Bakri), sillonnent Nazareth dans une vieille Volvo pour suivre la tradition du « Wajib » : leur fille/ sœur respective se marie et en Palestine pas question d’envoyer l’invitation pas la poste : on l’apporte à ses invités. Mais entre le jeune-homme révolté parti pour l’Europe et le père respectueux des traditions, l’ambiance est houleuse, surtout quand on parle politique…

Plongée dans un Nazareth plutôt aisé et chrétien, illuminé à la veille de Noël mais néanmoins très plombé par les problèmes de voiries et les tensions politiques, Wajib filme deux acteurs connus qui son père et fils dans la vie, dans une duo qui bascule facilement de la tendresse vers l’irritation. Entre comédie et documentaire, le film n’évite jamais les questions qui fâche et y répond avec un réalisme et une subtilité tout à fait fascinantes. Un tranche de vie, et pas n’importe où, et qui pourtant résonne de manière universelle avec tous les conflits de générations.

Wajib, d’Annemarie Jacir, avec Mohammad Bakri, Saleh Bakri, Maria Zreik et Rana Alamudin Karam, Palestine, 1h36, Pyramide Distribution, Sortie le 14 février 2018.

visuel : affiche du film

Vilaine fille, le film prime à Clermont-Ferrand nous fait entrer dans l’univers d’une petite rêveuse
Une sélection All-stars pour les Theatertreffen 2018
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *