Cinema

Vilaine fille, le film prime à Clermont-Ferrand nous fait entrer dans l’univers d’une petite rêveuse

Vilaine fille, le film prime à Clermont-Ferrand nous fait entrer dans l’univers d’une petite rêveuse

13 février 2018 | PAR Yaël Hirsch

Primé à Annecy et à Cinémed en 2017, le court-métrage de 8 minutes Vilaine fille (Kötü Kiz en turc) de Ayce Kartal vient de remporter le Grand Prix du Festival de Clermont-Ferrand, ce samedi 10 février 2018. Chronique d’une animation haute en couleurs.

[rating=5]

Par un écran blanc où fusent des gracieux traits de crayons de couleurs, lon entre dans la tête de S., une petite fille turque de huit ans. Elle est dans une chambre d’hôpital et pourtant son imagination débordante nous mène dans le village de ses grands-parents, à la poursuite d’animaux multicolores et aussi vers des souvenirs plus sombres et des apparitions terrifiantes…

Avec à peine quelques mots et un des dessins très stylisés, ce premier film d’animation à jais remporter le prestigieux Grand Prix de Clermont nous emmène dans la tête d’une petite fille comme dans un jingle et comme une madeleine universelle. Une pépite, qui se découvre sur le site d’Arte.

KÖTÜ KIZ/ WICKED GIRL/ VILAINE FILLE Trailer from AYCEKARTAL on Vimeo.

Vilaine fille (Kötü Kiz) de Ayce Kartal, Turquie, 8 minutes. Production : JLes Valseurs, Gao Shan Pictures).
visuel : affiche du film

Le Grand Palais fermé pendant trois ans
« Wajib » : Un père et un fils préparent un mariage dans des rues de Nazareth [Critique]
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *