A l'affiche

Ressortie de « Hyènes » de Djibril Diop Mambety

Ressortie de « Hyènes » de Djibril Diop Mambety

03 janvier 2019 | PAR Yaël Hirsch

Alors qu’une semaine spéciale de rencontres s’est ouverte jusqu’au 8 janvier au Reflet Médicis autour de la ressortie de Hyènes (1992), l’adaptation par le réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambety (1945-1998) de La Visite de la Vieille Dame de Friedrich Dürrenmatt (1955)  en Afrique, il faut voir ou revoir une version restaurée de ce film chez JRH films. Un chef d’oeuvre cruel et coloré.
[rating=5]

Trente ans après avoir quitté Colobane, Linguere Ramatou (Ami Diakhate) revient au pays. Elle est riche et la ville vit dans une misère de plus en plus terrible. Sa venue suscite convoitise et espoir. On la prépare en grande pompe, tresses et robes de peau solennelles sorties pour l’occasion et l’on prépare son ancien fiancé, l’épicier et futur maire de la ville, Draman Drameh (Mansour Diouf) à l’accueillir. Sauf que trente ans avant, la jeune femme qu’elle était a dû quitter la ville sous l’opprobre, enceinte de son amoureux qui a produit de faux témoins pour prouver qu’il n’était pas le père de l’enfant et épouser un meilleur parti. Linguere Ramatou offre cent milliards au village pour tuer Draman Drameh… L’argent aura-t-il raison de la morale ? 

Les coloris ocres et les scènes de foule de cette adaptation au Sénégal et dans les années 1990 de la pièce cruelle de Dürenmatt fonctionne parfaitement. Rythme lancinant, acteurs éblouissants, musique en pointillés, visages saisis dans la tragédie humaine de l’inexorabe en train de se produire, cette histoire de vengeance n’a pas pris une ride. Délocalisée en Afrique où l’universel ne se prive pas de clins d’oeil aux clichés sur le continent (y compris avec le safari d’éléphants final), elle touche parfaitement son but. Un petit chef d’oeuvre qui fait tristement réfléchir sur le relativisme de l’honneur et de la justice. A voir tous les jours en version restaurée à 14h, 16h30, 19h et 21h30 au Reflet Mécidis, 3 rue Champollion, 75005 Paris. Séances spéciales dont une rencontre avec le fils du cinéaste et une lecture de la pièce de Dürrenmatt par Danièle Lebrun, à suivre, ici.

« Hyènes » de Djibril Diop Mambety, avec Ami Diakhate, Mansour Diouf, Sénégal, 1992, 1h50, version restaurée JRH Films, sortie en salles le 2 janvier 2018.
visuel : affiche du film.

Les expositions attendues en 2019
« Qui vive » de Colin Lemoine, splendide mémorandum d’une voix disparue
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *