A l'affiche
« Madame Claude » : Netflix plonge dans la France de Pompidou avec un téléfilm bien joué

« Madame Claude » : Netflix plonge dans la France de Pompidou avec un téléfilm bien joué

03 avril 2021 | PAR Yaël Hirsch

La nouvelle création Française pour Netflix est un film de Sylvie Verheyde sur la vie de Fernande Grude alias Madame Claude, la plus illustre proxénète des années 1960 à Paris. Réunissant un joli casting avec notamment Karole Rocher dans le rôle-titre et réussissant ses costumes, le biopic manque de puissance.

Grandeur et décadence

Pars, 1968. En pleine « affaire Markovic, homme à tout faire d’Alain Delon retrouvé mort, Madame Claude règne sur Paris avec ses filles. Les journées se passent au boudoir, les nuits on travaille presqu’autant à intriguer chez Castel qu’à copuler en maison close. Madame Claude est dure, énergique et très solitaire; elle sait se faire respecter, éduquer ses filles et mène tout son petit monde, policiers (Benjamin Biolay) et malfrats (Rochdy Zem) compris, à la baguette. C’est alors qu’une jeune-fille de bonne famille, Sidonie (Garance Marillier que nous sommes heureux de retrouver en jarretelles dans un rôle qui tranche avec la révélation de Grave de Julia Ducourneau), se présente et devient importante dans la gestion de ses affaires…

Une série d’images sur la France de Pompidou

Biopic concentré sur l’apogée et la chute d’un empire, Madame Claude est évidemment chic, sexy et sulfureux. Le personnage principal est magnifiquement interprété par Karole Rocher qui sous ses cheveux crêpés, donne beaucoup de corps et de complexité à l’héroïne. Mais le scènes de nus sont souvent légères et gratuites. Quelques dialogues très catapultés de 2021 sur le féminisme semblent vouloir venir rétablir un semblant d’équilibre sur le sort si glamour et enviable de ces belles prostituées qui épousent des gens riches et célèbres après avoir beaucoup bu de champagne en robes de créateurs chez Castel et en manteaux de fourrure ailleurs. Et à aucun moment une piste n’est entièrement déroulée : que ce soit la revanche sociale, le mélo, l’intrigue politique ou le besoin de justice après un abus sexuel. En ce sens, si Garance Marillier est pleine de vie dans son rôle, le personnage ne sert pas à grand chose et ne révèle rien sur l’univers de Madame Claude. Reste à voir, au long de ce téléfilm trop nostalgique pour ne pas être plaisant, entre les scènes de filles et de bar, un portrait en pointillés de la France de Georges Pompidou.

Madame Claude, de Sylvie Verheyde, avec Karole Rocher, Garance Marillier, Roschdy Zem… 1h52, interdit aux moins de 16 ans. Sortie netflix du 2 avril 2021.

visuel : affiche

Sondra Radvanovsky : « Je ne suis plus une ingénue ! »
« Di Grazia » d’Alexandre Roccoli, tarentisme et féminisme
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture