A l'affiche
Les films « Bout’chou » du MK2 Nation

Les films « Bout’chou » du MK2 Nation

10 décembre 2016 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Demain, dimanche 11 décembre à 11h, le MK2 Nation clôt son cycle pour les 3-5 ans.  Au programme une plongée dans des esthétiques très différentes  et des contes forcement fins et jolis.

La séance se compose  de trois films : La Chenille et la poule, Pik, pik, pik et Monsieur Bout-de-bois. Dans l’ordre : Italie, Russie et Grande-Bretagne.  Ils sont présentés par ordre d’arrivée puisque le premier a été réalisé en 2013, le second en 2014 et le dernier en 2015.

Tout commence avec un film tout en laine,  Il Bruco e la Gallina de Michela Donini et Katya Rinaldi qui était présenté l’année dernière en compétition lors de la vingt-cinquième édition du Festival Ciné Junior. Petit bonbon tout drôle, l’histoire nous plonge dans le quotidien d’une poule très addict aux photographies.  Mais quand il s’agit de capturer le moment où la chenille devient papillon, l’affaire se corse.  Ici le récit est appuyé par des bruitages.

Ensuite Pik Pik Pik nous plonge dans l’école russe. Même si elle a été réalisée en 2014 cette histoire drôlissime qui voit naître l’alliance frondeuse des fourmis et de l’oiseau contre le bûcheron est entièrement musicale. A la façon d’un Pierre et le Loup c’est du classique option symphonique qui permet d’accélérer la course des fourmis. On rit franchement face à ce bijou de 4 minutes de Dimitry Vysotskiy.

La séance se clôt avec un conte de noël classique aux accents hollywoodiens. Monsieur Bout de bois (Stick Man) est un court métrage d’animation britannique réalisé par Jeroen Jaspaert et Daniel Snaddon. Il raconte l’histoire de Monsieur Bout-de-bois qui un jour décide d’aller faire un footing. Il laisse à la maison femme et enfants. Mais voilà, rien ne se passe comme prévu et pour rentrer d’un périple digne d’un film américain à suspens, il faudra que la magie intervienne. On regrettera la voix off qui raconte parfois ce que l’on voit.

Dans les esthétiques, on voit donc que l’évolution est bien pensée dans cette programmation qui nous amène de l’artisanat au numérique en passant pas le dessin à plat.

L’accueil de la séance est extrêmement bienveillant, des rehausseurs attendent les enfants. Le son est lui abaissé et la lumière pas tout à fait éteinte.

Une formation du jeune cinéphile à suivre sérieusement !

Visuel : PIk Pik Pik

Atelier Next step Semaine de la Critique, petite communauté idyllique au Moulin d’Andé
[Interview] Guillaume Calop et Pierre Fleurantin, Fondateurs du Festival du Film Européen des Arcs
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *