A l'affiche

L’empereur de Paris en DVD : Vincent Cassel en Vidocq animal

L’empereur de Paris en DVD : Vincent Cassel en Vidocq animal

18 avril 2019 | PAR La Rédaction

Après Gérard Depardieu en 2001, c’est au tour de Vincent Cassel de camper le rôle d’Eugène-François Vidocq, bagnard puis détective de la préfecture de police de Paris sous le Premier empire. Un portrait réussi de la France post-révolutionnaire porté par un Vincent Cassel a fleur de peau.

Par Sabrina Cicchini

En 1805, François Vidocq s’échappe du bagne. Pendant plusieurs années, il se cache derrière une fausse identité. Son passé le rattrape le jour où il est accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Pour échapper à un sort funeste, l’ancien prisonnier conclut un accord avec les autorités : en échange d’une grâce, il traquera les plus dangereux criminels de Paris. Il croisera la route d’anciennes connaissances du bagne …

Vidocq, la réalité devenue fiction

Vautrin, Jean Valjean : tous deux sont les ersatz littéraires de Vidocq, personnage légendaire du début du XIXe siècle. Bagnard puis homme de main de la police de Paris sous le Premier empire : le parcours de Vidocq est romanesque. Comme les personnages de Balzac et Hugo, Vidocq n’a pu cacher indéfiniment son animalité sous la redingote du citoyen respectable. Vincent Cassel est sur la ligne de crête entre férocité et fragilité, à la fois séducteur des puissants et bourreau des bandits parisiens. A saluer également la prestation de Fabrice Luchini, qui incarne ici le théâtral et cynique Joseph Fouché, ministre de la police de Napoléon Ier. On peut regretter cependant la place donnée à Denis Lavant, trop attendu dans le rôle du bandit crapuleux.

La violence dans toutes les sphères de la société

Dans ce film, rien n’est édulcoré. Pas de long discours avant de presser la détente ou de planter une lame dans la chair de l’adversaire. Le Paris des ruelles est violent. Très violent. Le Paris d’en haut est vile et fourbe : les politiciens ne manient pas les armes mais jouent avec la vie d’un prisonnier repenti, Vidocq, pour satisfaire leurs ambitions personnelles. Plus qu’une idéologie, le maintien de l’ordre incarné par le héros sert des desseins peu avouables, comme par exemple l’obtention d’une légion d’honneur.

L’empereur de Paris est un portrait intéressant de la France napoléonienne, avec une puissance politique, l’empire, qui peine à régner sur sa capitale, antre des pires criminels.

L’empereur de Paris de Jean-François Richet, avec Vincent Cassel, Freya Mavor, Denis Ménochet, Olga Kurylenko, Patrick Chesnais, Denis Lavant, August Diehl et Fabrice Luchini. 2018. Durée : 120 minutes. Sortie DVD, Blu-ray et VOD le 19 avril. Editeur : Gaumont Vidéo. Prix : 14,99 euros (DVD) ou 19,99 euros TTC (Blu-ray). Bonus Blu-ray : le making-of, la bande annonce et le documentaire de 40’ “Vidocq, un héros français”. Bonus DVD : le making of et la bande annonce.

 

visuel : affiche officielle 

La sélection officielle du 72e festival de Cannes : La compétition
La sélection officielle du 72e festival de Cannes : les films d’Un Certain Regard
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *