A l'affiche
[Festival de Cinéma des Arcs] Bang Gang : De la légèreté des corps et du poids des âmes

[Festival de Cinéma des Arcs] Bang Gang : De la légèreté des corps et du poids des âmes

17 décembre 2015 | PAR Sylvain Lefèvre

Une maîtrise de l’art et un quatuor d’acteurs pour un premier long métrage sur les dérives adolescentes tiré d’un fait divers. « Bang Gang » va exploser en janvier.

S’attaquer à un genre aussi rebattu que les errances adolescentes chères aux teenmovies et, qui plus est, lors d’un premier film relevait d’une gageure. Dans « Bang Gang » la réalisatrice Eva Husson réussit l’exploit d’apporter un nouvel éclairage emprunt de contrastes entre rêves ado et tristes errances sexuelles qui ne sont que miroir aux alouettes de l’amour. Elle le fait avec une maîtrise à couper le souffle. Ici rien n’est oublié. Chaque image, chaque plan semble avoir été travaillé et retravaillé pour atteindre un paroxysme de qualité ciselé au rasoir. De l’esthétisme des corps à peine nubiles filmés en douceur à une bande son de haut vol au gré de laquelle s’enchaînent des plans alternant des sentiments variés qu’elle réussit l’exploit de ne retranscrire que par l’image, Eva Husson nous délivre un premier opus qui devrait marquer les premières semaines de 2016.

Casting carré d’as
Emmené par un quatuor d’acteurs dont elle semble controler jusqu’à la moindre des expressions, elle nous invite à partager les ultimes expérience de l’adolescence qu’on étouffe comme un feu de papiers à l’heure de basculer dans l’autre monde. Ce monde où parfois le plaisir de la légèreté va se fracasser sur la triste réalité des interdits, parents et autres maladies. Certes le scénario ne pêche pas par excès d’originalité et on pourrait reprocher à Eva Husson un petit côté stéréotypé de ses personnages. Entre Georges – Marylin Lima qui explose littéralement à l’écran – la jolie blondinette androgyne au sex-appeal dévastateur, Finnegan Oldfield qui confirme sa place de nominé aux prochains Cesar dans le rôle de l’inaccessible Alex, Laetitia la « fausse » néo-romantique de la bande interprétée par Daisy Broom qui impose son personnage avec finesse, et Gabriel – Lorenzo Lefebvre dont c’est le premier film – caution « morale », le chassé-croisé fonctionne à merveille.

Marylin Lima, une premiere explosive
Dans leur monde hyperconnecté où le sexe semble avant-tout prétexte à se filmer, s’exhiber, attirer l’attention et espérer exister, Marylin Lima oscille avec talent entre « monde de princesses et du grand amour » et besoin d’être aux yeux d’Alex. A elle seule elle incarne avec grâce et subtilité les atermoiements de ce « conte de fées moderne ». Pour cette jeune fille que rien ne prédestinait au cinéma et qui y fait ses premiers pas, elle s’y impose déjà comme une magnifique révélation.

En posant sa caméra avec une si belle précision Eva Husson semble chercher à atténuer la violence crue d’un scenario qui condamnerait le sexe comme père de tous les maux. Elle nous amène à un jugement plus nuancé à la croisée de chemins où les tabous du XXeme siècle viennent heurter de plein fouet les vagabondages d’une génération « réseausocialisée ». Loin de chercher à créer la polémique malgré un titre qu ‘on pourrait croire emprunt de voyeurisme, « Bang Gang, une histoire d’amour moderne » est une bien jolie histoire de notre temps.

Gang Bang, de Eva Husson, avec Finnegan Oldfield, Marilyn Lima, Daisy Broom & Lorenzo Lefebvre, 2015, 1h38, Ad Vitam. Sortie le

Sylvain Lefevre

photo : Marylin Lima, Daisy Broom, Finnegan Oldfield et Eva Husson au festival du Film Européen des Arcs

Tops Livres 2015 – Nos Fictions Préférées
« Fatima » de Philippe Faucon remporte le Prix Louis-Delluc 2015
Sylvain Lefèvre

One thought on “[Festival de Cinéma des Arcs] Bang Gang : De la légèreté des corps et du poids des âmes”

Commentaire(s)

  • Breton-Gorre "Marie" Diane

    Très bel article écrit avec beaucoup de justesse et qui permet de « remettre les pendules à l’heure » face à certains journalistes dont les critiques ont massacré injustement ce film à cause de propos et de jugements inadaptés. Je souhaite à toute l’équipe d’autres papiers aussi élogieux et un triomphe en janvier et puis tout plein de belles choses pour l’avenir…

    décembre 18, 2015 at 21 h 52 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *