A l'affiche

Curiosa : Les amours clichés de Pierre Louys et Marie de Heredia sur grand écran

Curiosa : Les amours clichés de Pierre Louys et Marie de Heredia sur grand écran

13 mars 2019 | PAR Yaël Hirsch

Le premier long-métrage de Lou Jeunet retrace la passion érotique et photographique de l’auteur de La femme et le Pantin pour la fille du poète José-Marie de Heredia. Grand clip rythmé de clichés plus lourds qu’érotiques, le film se cache sous son prétexte de costumes pour s’en donner à cœur joie dans l’orientalisme et le machisme.

La belle et vive et brune Marie de Heredia (Noémie Merlant parfaite nue et longiligne mais qui ne peut sauver ses lignes de texte) est courtisée par deux amis : le sérieux Henri de Regnier (Benjamin Lavernhe) et Pierre Louys (Niels Schneider, même beau et nu, il n’est pas crédible). Son cœur est tout acquis au dernier si bien que lorsque ses parents bourgeois et évident la « vendent » à Regnier (tristesse de voir Amira Casar engoncée dans ses costumes et son rôle monocorde) elle prend pour amant Pierre. Sauf que ce dernier collectionne les femmes, les photographies nues et les classe dans un livre comme des herbes.

Qui plus est, il est revenu d’Algérie avec une belle orientale (Camélia Jordana qu’on injurie d’orientalisme en plus de la ridiculiser) qu’il produit, photographie et offre à ses amis. Par amour pour Pierre (et peut être aussi un peu par goût du plaisir) Marie se laisse photographier, aller aux tentations, aux risques pour sa réputation et frise même (par delà la pneumonie qui la menace à passer ses après midis nue) le chagrin d’amour …

Mélo amoureux sous couvert de liaison érotique qui mettrait en valeur une femme libre, ce Curiosa vraiment pénible a voir est aussi une série de clichés machistes sur la femme éprise et qui s’adonne au stupre pour plaire à son amoureux.

On sait que la catastrophe est prononcée dès la première scène de séduction dans un couloir, stroboscopée comme dans un clip des années 2000 sur fond de musique electro. Et l’on finit de blêmir quand on voit arriver Camélia Jordana en maîtresse exotique, seins nus, et corps offert, faisant cliquer ses breloques et suçant le meilleur ami de son écrivain d’amant.

Bref, sous couvert de film en costumes (qui sont reconnaissons-le parfaits !), Curiosa est un scandale esthétique et politique. Et surtout, avec sa musique omniprésente, ses images faussement capiteuses et ses plans attendus, le film est vraiment douloureux à suivre.

Curiosa, de Lou Jeunet, avec Noémie Merlant, Niels Schneider, Benjamin Lavernhe, Camélia Jordana, Amira Casar, 1h47, Mémento films, sortie le 3 avril 2019.
Visuel : photo de l’affiche du film

Un Roméo et Juliette de Berlioz vibrant par l’Orchestre National de Lyon à la Philharmonie
Caroline Breton en chantier à l’Etrange Cargo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *