A l'affiche
[Critique] du film « Snowden » Oliver Stone passe à côté de son sujet

[Critique] du film « Snowden » Oliver Stone passe à côté de son sujet

05 novembre 2016 | PAR Gilles Herail

On attendait beaucoup plus du nouveau film d’Oliver Stone qui passe à côté de son sujet et n’arrive pas à la cheville du passionnant documentaire de Laura Poitras, Citizenfour. Joseph Gordon-Levitt est  plus dans l’imitation que l’incarnation et Snowden ramène la figure du lanceur d’alerte à  un simple parcours individuel, plutôt qu’à son impact politique. Notre critique.

[rating=1]

Extrait du synopsis officiel : Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Edward Snowden semble réaliser son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre alors au cœur des Services de Renseignements américains l’ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Violant la Constitution, soutenue par de grandes entreprises, la NSA collecte des montagnes de données et piste toutes les formes de télécommunications à un niveau planétaire.

Laura Poitras avait mis tout le monde d’accord avec un thriller-documentaire très réussi, revenant sur les heures précédant la publication des révélations de Snowden. Citizenfour saisissait avec force ce qui fait la spécificité des lanceurs d’alerte. Une prise de conscience et un acte de bravoure individuels, certes, mais surtout un défi de réussir à donner du sens aux données fuitées et d’impacter réellement l’opinion, alors que l’on est tout seul. Car l’affaire Snowden ne peut être comprise sans analyser le rôle des journalistes qui ont permis de trier cet immense amas de documents, de leur donner du sens, de les vulgariser, de les crédibiliser, de maitriser leur diffusion et d’en faire un évènement politique.

Oliver Stone avait entre ses mains un sujet en or pour offrir un thriller politique comme il les affectionne. Mais le cinéaste américain propose malheureusement un produit vieillot, sans angle ni souffle, versant par ailleurs dans un sentimentalisme peu opportun. Le biopic ronronne, cherchant à tout prix à humaniser son héros, perdant beaucoup de temps avec son histoire d’amour et retraçant sans finesse sa progressive prise de conscience. Oliver Stone peine également à trouver son style et manque de précision dans sa direction d’acteurs (Nicolas Cage est caricatural et Joseph Gordon-Levitt, plus dans l’imitation que l’incarnation).

Citizenfour parlait beaucoup de la principale crainte de Snowden : éviter cette fascination de l’acte individuel pour s’effacer derrière le contenu des révélations. Ne pas devenir un fait-divers et être passé à la moulinette du « storytelling » médiatique moderne, cherchant à tout ramener au parcours personnel plutôt qu’au fond. Oliver Stone ne fait malheureusement que ça, laissant de côté l’incroyable système de surveillance de masse dénoncé par Snowden pour se concentrer sur sa petite histoire personnelle. On attendait décidément beaucoup plus d’un réalisateur qui passe malheureusement à côté de son sujet. (si la thématique vous intéresse, allez plutôt découvrir Citizenfour qui permet d’en comprendre beaucoup mieux les enjeux). 

Gilles Hérail

Snowden, un thriller politique d’Oliver Stone avec Joseph Gordon-Levitt, durée 2h15, sortie le 01/11/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film
[Critique] du film « La folle histoire de Max et Léon » Le Palmashow joue à OSS 117
Gagnez 5×2 places pour Katia Kabanova à l’Opéra Grand Avignon
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *