A l'affiche
[Critique] Brasserie romantique, bons baisers de Gand

[Critique] Brasserie romantique, bons baisers de Gand

04 janvier 2014 | PAR Yaël Hirsch

 

 

Dans la série comédie douce-amère venues du plat pays, Brasserie Romantique de Joël Vanhoebrouck est le petit ovni de la pré-saint-valentin.

[rating=3]

Quadragénaires un peu stressés, Pascaline et Angelo ont repris le restaurant familial à Gand et l’ont transmué en restaurant « toqué » au Gault et Millau. Le soir de la Saint-Valentin, les effectifs sont réduits pour recevoir une vingtaine de couples d’amoureux avec un menu en 5 étape qui rythme le film et met l’eau à la bouche. Mais retour d’anciennes flammes, révélations et célibataires abattus vont transmuer le baller de plat en soirée orageuse

Huis-clos impeccablement filmé et interprété, Brasserie romantique met en scène une bien joli crise généralisée. A part un léger problème de rythme, on reconnaît la « patte » douce-amère et l’énergie du cinéma flamand d’aujourd’hui dans ce petite film qui ne devrait pas passer inaperçu dans le monde francophone.

Brasserie romantique, de Joël Vanhoebrouck, avec Sara de Roo, Axel Daeseleire, Koen de Bouw, Filip Peeters, Barbara Sarafian, Belgique, 2013, 1h40.

Jacques Vivet : Le vin, petit traité de dégustation
Playlist de la semaine (48)
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture