A l'affiche
Biarritz : « Vicenta B » portrait d’une magnifique sorcière cubaine

Biarritz : « Vicenta B » portrait d’une magnifique sorcière cubaine

01 octobre 2022 | PAR Olivia Leboyer
Vicenta B

Vicenta vit à La Havane, où elle lit l’avenir dans les cartes. Son fils unique s’apprête à partir à l’étranger et, soudain, son don semble lui faire défaut. Carlos Lechuga livre un magnifique portrait de femme, dans un Cuba misérable, déserté.

Belle, lumineuse, Vicenta (Linnett Hernandez Valdes) exerce le métier de sorcière avec calme et sérieux. Elle dispose des verres d’eau, asperge les visiteurs avec des branchages, tire les cartes, écoutant patiemment les voix qui lui parlent. Rien de mystique, juste une manière douce d’accompagner les tourments des autres.

Lorsque son fils décide, comme tant de jeunes Cubains, de quitter le pays, l’univers de Vicenta vacille. Que lui reste-t-il ? Son mari, qui vit juste à côté, l’a quittée, il y a bien longtemps, pour une femme plus présente. Peut-elle encore aider les gens, elle qui a perdu son point d’équilibre ?

Un jour, une toute jeune fille, fragile et inquiète, vient la solliciter. Vicenta commence par refuser la consultation, puis s’y plie mécaniquement, sans y mettre son âme. Elle n’a pas perçu à quel point la jeune fille allait mal, et cette inattention va la hanter.

D’une scène à l’autre, nous passons de la grande demeure austère de Vicenta aux reflets de la mer, en passant par de tristes cahuttes, à peine décentes. Vicenta comprend qu’elle doit sortir de chez elle, pour aller à la rencontre des autres. Une scène chez sa tante, particulièrement réussie, redonne à Vicenta l’élan de la sollicitude.

Carlos Lechuga filme avec une grande douceur : le beau visage mélancolique de Vicenta, les rues et les jardins de La Havane, des rituels apaisants, des chagrins lourds à porter. Mais, surtout, il capte la lumière de Vicenta, habitée par une force de vie et d’amour. Comment vivre en paix avec nos morts, avec nos peines ? La vie s’écoule, chatoie, comme l’eau. Ce très beau film nous offre un moment de consolation.

Vicenta B, de Carlos Lechuga, Cuba, 105 minutes, avec Linnett Hernandez Valdes, Mireya Chapman, Aimeé Despaigne, Ana Flavia Ramos, Pedro Martinez, Eduardo Martin. Festival Biarritz Amérique latine. Compétition.

visuels: photo officielle du film.©

Une playlist glissant vers le froid
La compagnie Shonen présente _P/\RC _, spectacle hors-norme et créateur d’un espace nouveau
Avatar photo
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration