Marché de l'art
Affaire KNOEDLER : Dernier acte

Affaire KNOEDLER : Dernier acte

26 septembre 2013 | PAR Marie Pichereau

L’ultime rebondissement de ce polar digne des plus grands films américains vient de toucher sa fin. Retour sur les évênements de la plus grande esclandre dans le milieu du commerce de l’art pictural.

En mai dernier, une gigantesque fraude fiscale a secoué le marché de l’Art de New-York. Au cœur de cette polémique, une affaire de fausses séries d’œuvres d’art vendues comme étant des chefs-d’œuvre modernistes, par un revendeur peu connu de Long Island. Ce revendeur est une courtière spécialisée dans le marché de l’art : Glafira Rosales. Une femme qui, à elle seule, a réussi à berner le milieu très fermé du commerce de l’Art. Les grandes galeries américaines notamment la très sérieuse galerie Knoedler n’y ont vu que du feu. Jusque là, l’arnaqueuse ne s’était pas exprimée sur le sujet laissant ainsi planer l’incertitude autour de cette duperie magistrale

Il y a quelques jours à peine, elle a plaidé coupable devant la cour fédérale de Manhattan, mettant ainsi un terme à cette affaire rebaptisée depuis : Affaire Knoedler (du nom de la principale galerie abusée). Dans ses aveux, elle confie avoir vendu près de soixante-trois œuvres contrefaites en quinze ans. Montant des indemnités : 30 millions de dollars, une sorte de coup de maître dira-t-on… Ces copies avaient été estimées et attribuées à de grands artistes comme Mark Rothko ou encore Jackson Pollock. Ce travail troublant de ressemblance étant en fait l’œuvre d’un jeune chinois étudiant à l’Arts Student league. Le montant totale de l’arnaque avoisinerait les 80 millions de dollars.

Visuels : échoppe knoedler à NYC

Xamissa : Cape Town, portrait en musique
Le Mondial des Puces à Saint-Ouen revient
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *