Galerie

Vernissages de la semaine du 7 décembre

Vernissages de la semaine du 7 décembre

07 décembre 2017 | PAR Pierre Descamps

Pour débuter ce mois de Décembre qui sera riche en fêtes et cadeaux, rien de mieux que de s’aérer l’esprit avec les nouveaux vernissages de cette semaine. Au programme, des hommages aux artistes brésiliens et hongrois (Sidival Fila et Árpád Szenes), un cri féministe « Fucking Freedom » ou encore des entrées métaphysiques dans l’intime et dans l’enfance de chacun. 

Jeudi 7 décembre

Sidival Fila
Une exposition de Jérôme Poggi.
Du Jeudi 7 décembre 2017 au Samedi 13 janvier 2018. Galerie Jérôme Poggi, 2, rue Beaubourg
75004 Paris

On débute donc avec la première exposition française sur l’artiste brésilien Sidival Fila. Adolescent, il débute des études artistiques à Sao Paolo puis il s’installera en Italie pour étudier la peinture et la sculpture. Lors de ce voyage, il décidera de se consacrer à la religion et de devenir prêtre. Pendant 18 ans, il se dédiera dans l’Ordre des Frères mineurs de Saint François d’Assise et mettra ses travaux artistiques entre parenthèses. Il est désormais directeur du monastère San bonvaventura à Rome sur le Mont Palatin où il expose ses nouvelels créations artistiques.
Ses oeuvres ont été crées à partir de matériaux usagés qu’il transforme en s’inspirant du Spatialisme ou des travaux d’Action Painting de J.Pollock.

Fucking Freedom
Une exposition des CacheteJack
Du Jeudi 07 décembre au Samedi 13 janvier 2018. Vernissage le jeudi 07 décembre à partir de 18 h30. Slow Galerie , 5 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris.

« Fucking Freedom », avant d’être une exposition, est un cri. C’est celui des CacheteJack,femmes insoumises et guerrières qui souhaitent dénoncer et dépasser les injustices de cette société patriarcale. Avant les cataclysmes provoqués par #balancetonporc et #metoo, ce duo d’artistes Nuria Bellver et Raquel Fanjul ont crée une série d’une vingtaine d’illustrations dans le pur esprit du « flower power » des années 70. Leur style décalé et funky est un vrai vent de fraîcheur en cette fin d’année.

Vendredi 8 décembre

Your brain is my bedroom
Une exposition d’Ange Leccia
Du Vendredi 8 décembre 2017 au Lundi 1 janvier 2018. Galerie les filles du calvaire,17, rue des Filles du Calvaire,75003 Paris.

Ange Leccia nous propose une exposition qui renverse les notions d’espace public et privé. A travers 4 figures de la scène émergente ( Hoël Duret, Emma Dusong, le collectif Nidgâté et Florian Mermin) l’artiste fait émerger les intrusions de l’intime de façon poétique et ouvre le dialogue avec la jeune génération.

Samedi 9 décembre

Hétérotopies, architectures habitées
Une exposition
Du Samedi 9 décembre 2017 au Samedi 20 janvier 2018. Galerie Christian Berst art brut, 3-5, passage des gravilliers.
75003 Paris

En 1967, Michel Foucault a crée l’idée d’ « hétérotopie », un monde parallèle que fonderait l’enfant pour dominer le monde des adultes. C’est un contre-espace qui , au contraire de l’utopie, existe de manière chez l’enfant. Cette exposition ranime en nous notre psychologie et âme d’enfant par le biais d’œuvres de 26 artistes, on se met à rêver, à imaginer et à recevoir les éléments de l’espace comme lors de nos premières années.

Mardi 12 décembre

Plénitude aux confins de l’existant
Une exposition d’Árpád Szenes

Du Mardi 12 décembre 2017 au Samedi 20 janvier 2018.  Galerie Jeanne Bucher Jaeger ,2 Espaces espace Marais : 5 -7 rue Saintonge 3eme arrondissement ; espace Saint-Germain : 53 rue de Seine 6eme arrondissement Paris.
Pour les 120 ans de Árpád Szenes, la galerie Jeanne Bucher Jaeger propose une exposition de superbes séries d’images de paysages hongrois. Les nombreux voyages de l’artiste en Portugal, Brésil ou en France sont évoqués ainsi que tous ces travaux métaphysiques. La lumière de ces oeuvres fait fusionner le visible et l’invisible en une seule entité propre. On voyage vers l’au delà par le biais de cet magnifique hommage au grand artiste qu’était Árpád Szenes.

Crédit Images :

Site officiel de la Slow Galerie
@Pedro Ribeiro Simoes

« Apparition », Le loup dans la bergerie d’Emio Greco
L’Empire des Lumières par Arthur Nauzyciel, Corée-graphie d’une séparation
Pierre Descamps

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *