Galerie

Olivier Masmonteil, un peintre habité

Olivier Masmonteil, un peintre habité

21 novembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Alors qu’il publie une monographie sublime et passionnante aux éditions Cercle d’Art le 22 novembre, nous avons pu découvrir le travail d’Olivier Masmonteil pendant trois jours d’avant-première à la Galerie Scene Ouverte. Rencontre.

[rating=5]

Arrivé à maturité et à une grande reconnaissance (il a peint le plafond du Pavillon Ledoyen et compte pas moins de trois expositions à la rentrée 2019 en France :”La possibilité de peindre” à la Galerie Thomas Bernard-Cortex Athlantico et un duo avec Marc Desgrandchamps à La Chapelle des Cordeliers à Toulouse), Olivier de Masmonteil se définit avant et envers et contre tout comme un peintre. « On nous a dit que la peinture était finie, il m’a fallu du courage et du temps pour comprendre qu’elle n’était pas ‘pas contemporaine’ mais qu’elle était intemporelle ».

Sa nouvelle série, commencée pour ce bel objet d’art qu’est sa monographie aux Éditions Cercle d’art, est une ode aux peintres français. Il s’agit pour lui même quand on perd la trace de « garder la mémoire des artistes pour essayer de comprendre qui je suis ». Inspirées de toiles importantes et françaises venues du Louvre, les œuvres de cette nouvelle série et présentée à la Galerie Scène Ouverte sont majestueuses, faites de toile et d’huile et sérigraphiées à l’huile aussi (grand challenge technique) des motifs en papier « peint » venus des arts nouveaux ou déco à une œuvre de Boucher, à la Pompadour (et son « regard bienveillant), un Amour et psyché de Picot ou encore un paysage de Ruysdael.

Ici, l’artiste veut mêler deux traditions de la peinture : l’européenne qui, depuis la perspective comprend la toile comme une fenêtre sur un monde, et l’américaine qui est plus « murale » même quand Pollock drippe au sol.

Ce faisant, il nous invite à un jeu voyeur et sensuel entre les couches de peinture (laquelle est dessus, lesquelles est dessous, du tableau et du papier peint ? Où sont les « trous » de ces moucharabiehs palimpsestes ? ) et à un voyage dans le temps: « J’ai toujours aimé me promener au Louvre en me disant que j’ai fait dix mètres mais parcouru deux siècles de peinture ».

Par l’exposition de la Galerie scène ouverte et avec ce magnifique livre de peintre qui sort le 22 octobre l’artiste nous invite nous aussi à nous promener dans un monde peuplé de maîtres de de matière riche frontale et immédiate.

Le travail d’Olivier Masmonteil sera présenté :
* du 11 janvier au 28 février à la Galerie Thomas Bernard – Athletico Cortex à Paris
* du 16 janvier au 23 février à la Galerie Scène Ouverte à Paris
* du 7 février au 7 avril à la Chapelle des Cordeliers à Toulouse : exposition « Tandem / Marc Desgrandchamps – Olivier Masmonteil »

Visuels (c) Olivier Masmonteil

« Jonas », de Christophe Charrier
Toujours plus de danse lors de la présentation de « Plus Plus » à l’Opéra de Nancy
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *