Galerie
« Nowhere island », la possibilité d’un paysage, exposition personnelle de Lin Calle à la Galerie Insula

« Nowhere island », la possibilité d’un paysage, exposition personnelle de Lin Calle à la Galerie Insula

17 mai 2021 | PAR Pauline Lisowski

Stratification de gestes picturaux, apparition, disparition de formes colorées, surgissement d’éléments plus ou moins perceptibles émanent des œuvres sur toile de Lin Calle. Nourrie de différentes influences, l’œuvre de Mark Rothko, la peinture chinoise de paysage, l’expressionnisme abstrait américain, la philosophie zen, la jeune artiste espagnole d’origine chinoise développe un travail pictural d’une grande spontanéité, témoignant d’un élan corporel.

Ses peintures sont guidées par trois principes l’alternance, la résonance des formes et le vide. Lin Calle travaille sa toile à même le sol, sans châssis et par intuition libère un geste fluide. Au fur et à mesure du dialogue avec son support, elle fait naître des paysages abstraits qui contiennent la mémoire d’instants qui l’ont marqué. Ses expériences vécues sont incarnées dans ses œuvres qui condensent différentes sensations. Elles nous invitent à un moment de contemplation et à nous laisser porter par les souvenirs d’émotions ressenties au contact de la nature. Ses œuvres sur toile de grand format présentent une densité de passages, des signes, une tension entre équilibre et perturbation, recouvrement et dévoilement. De près, des variations de teintes se laissent percevoir ainsi qu’un espace d’une grande profondeur. Le vide ouvre un champ d’imagination, de possibles et de découvertes de plusieurs stratifications de passages colorés.

Les éléments du paysage semblent se confondre dans ses œuvres, telle une invitation à plonger dans une vaste étendue de diverses teintes, mémoire de perceptions. Les couleurs se superposent, la lumière passe à travers les fines épaisseurs de peintures. Au fur et à mesure, des masses, des formes colorées se révèlent. L’accumulation de traces crée des points d’accroches du regard tout en nous amenant à méditer en regardant la toile dans un va-et-vient du lointain au proche.
Les œuvres de cette jeune artiste proposent un voyage intérieur à travers des espaces picturaux d’une intense luminosité, offrant l’illusion d’un lointain mystérieux.

Galerie INSULA, Paris, à voir jusqu’au 30 mai 2021

visuel : (c) Lin Calle, courtesy Galerie Insula

La playlist qu’il (vous) faut
« La montagne fertile », la montagne et la lumière suisses comme muses
Pauline Lisowski

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture