Galerie

Galeristes ! Une foire par et pour les Collectionneurs au Carreau du Temple

Galeristes ! Une foire par et pour les Collectionneurs au Carreau du Temple

29 novembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Du 30 novembre au 2 décembre 2018, le Carreau du Temple accueille la 3e édition de Galeristes, le salon imaginé par des collectionneurs pour des collectionneurs autour de 30 galeries.

Sois l’égide d’une citation de Béla Tarr « Nous sommes nombreux à n’être pas nombreux » Galeristes renouvelle le concept de foire et transforme le Carreau du Temple en écrin. Dès l’entrée le pointu et le beau sont au rendez-vous lorsque l’on tombe sur le stand de la revue Profane, qui travaille avec joliesse et raffinements la notion d’ « amateur ».

Fondé par Stéphane Corréard, Galeristes a pour vocation de parler aux collectionneurs à travers la réunion et la rencontre de 30 galeries dont certaines sont des incontournables de la scène parisienne (Eric Dupont, Christian Berst, Christophe Gaillard, Loevenbruck…) et d’autres. Nouvelles, émergentes et parfois nomades (Hors-Cadre). Avec une scénographie élégante où des murs en acier mêlent caractère industriel et impression d’espace et un choix de galeries triées sur le volet, la foire sophistiquée est une invitation au voyage à renouveler depuis son propre salon.

L’on retrouve les œuvres du peintre Olivier Masmonteil aux éditions Cercle d’art, l’on découvre des mobiles en clous tenus ensemble par des champs magnétiques de Capucine Vever chez Eric Mouchet, l’on déménage avec entre autres des œuvres de Françoise Petrovitch et Nancy Spero sur des cartons chez Semiose. On est happé par des dessins, qui vont de Schiele à Mélanie Dellatre-Voigt en passant par Jean Raine, chez le lyonnais Michel Descours. On entre dans l’univers troublant des photos de Julien Mignot (voyeurisme en plexiglas et projet de 96 mois avec Jeanne Balibaeret Marta Zgierska (une photo glaçante et superbe) chez Intervalle. Une sélection artify sélectionné des œuvres à moins de 1000 euros. Il y a cinq jeunes galeries dont Hors-Cadre, une  nouvelle pousse nomade créée par Manon et Océane Sailly, qui présente César Bardoux, l’artiste polonais Konrad Wyrebek et Mathieu Merlet-Briand qui tous trois partent des datas pour créer. Et alors qu’il n’y a pas plus de 100 personnes lors de la preview pro, les rencontres sont nombreuses et importantes.

« Nous préférons parler avec les gens », nous disent les galeriste de chez Eric Mouchet qui viennent à Galeristes pour la 3e fois et qui a participé à plusieurs salons en octobre, mais pas encore la FIAC après 4 ans d’existence, et les offs ne les attirent pas. Pour mettre en avant de jeunes artistes ou de nouveau projets, une foire comme Galeristes est précieux: le parcours est unique et l’on voit forcément toutes les galeries, il y a de la place pour des projets uniques ou originaux, et l’audience visée est ouvertement française. Par ailleurs, si l’art évolue tout le temps, les collectionneurs se transforment aussi. Selon les fondatrices de la galerie Hors-Cadre, aujourd’hui les nouveau collectionneurs sont prêts à acheter sans voir l’œuvre, juste sur photo.

Galeristes organise de nombreux événements et rencontres avec les artistes jusqu’à dimanche : programme à suivre attentivement, ici.

Visuels : photos prises au Carreau du Temple (c) YH

L’Age d’or de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil, prix Landerneau de la BD 2018
Les élèves de 3e année du CNSAD présentent leur atelier d’automne, mis en scène par Gérard Watkins d’après « Zone à étendre » de Mariette Navarro.
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *