Arts
Fabienne Verdier s’expose au Musée Camille Claudel

Fabienne Verdier s’expose au Musée Camille Claudel

08 août 2022 | PAR Anne-Sophie Bertrand

A environ une heure de Paris et jusqu’au 26 septembre, le Musée Camille Claudel présente une exposition des oeuvres de Fabienne Verdier, Alchimie d’un vitrail. Cette exposition est corrélée à l’achèvement de la restauration de l’église Saint-Laurent de Nogent-sur-Seine, dont l’artiste a signé récemment les vitraux du choeur en collaboration avec la maître verrier Flavie Vincent-Petit ; une exposition, dont le commissariat a été réalisé par Agnès Werly et Cécile Bertran. Une parfaite excuse pour s’évader dans l’Aube le temps d’un week-end. 

Le jaune d’argent, l’hommage aux vitraux champenois de la Renaissance

Irradiant, c’est l’adjectif que nous pourrions employer pour décrire un jeu or et feu utilisé par Fabienne Verbier pour la création des vitraux de l’église de Nogent-sur-Seine. Mais elle n’est pas l’auteure de cette couleur si flamboyante, elle s’inscrit grâce à cette technique dans la tradition des maîtres verriers qui font la renommée du bassin champenois : le jaune d’argent. Fabienne Verdier a connu ce dernier grâce à sa collaboration avec Flavie Vincent-Petit, avec qui elle a réalisé cette nouvelle oeuvre pérenne à Nogent. Avec toute la singularité que l’on reconnait au travail de Fabienne Verdier, elle dévoile une oeuvre splendide, poétique, remplie d’histoire et atemporelle, qui laisse rentrer la lumière naturelle pour créer un véritable cocon.

C’est justement la corrélation entre son oeuvre et la création de ses vitraux qui est mise en exergue dans l’exposition Alchimie du vitrail présentée actuellement au Musée Camille Claudel qui coïncide avec le 600è anniversaire de l’église. Une belle « célébration entre art et patrimoine » pour reprendre les mots d’Estelle Bomberger-Rivot, la maire de Nogent-sur-Seine. Un véritable travail de recherche de plusieurs années a été accompli par l’artiste pour s’immerger dans cette technique tout en gardant sa patte originelle. Dans les salles basses de l’exposition, nous retrouvons l’aspect scientifique de la recherche permettant à tout à chacun de se replonger dans l’histoire du jaune d’argent. Images et textes d’archives ayant servi à l’artiste et à la maître verrier sont ici disposés pour nous faire entrer dans la richesse de cette technique datant du XVIè siècle. Tout le travail  de Fabienne Verdier (documents, outils, essais…) pour s’approprier cette technique est rendu visible dans cette exposition ouverte au public jusqu’au 26 septembre. 

Fabienne Verdier : l’art et le geste

On ne présente plus Fabienne Verdier aux amateurs d’art. Elle est l’une des artistes françaises les plus influentes de sa génération. Amatrice du geste, de la dynamique et du mouvement, Fabienne Verdier se sépare une nouvelle fois de la tradition iconographique des vitraux pour laisser naître toute la musicalité du jaune d’argent. Lui, si souvent utilisé pour réhausser les détails d’une figuration, devient l’élément central d’une abstraction vibratoire et ésotérique. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec La Danse de Camille Claudel, ode à la fougue, au mouvement et à la musicalité que l’on retrouve dans les tracés de Fabienne Verdier. L’artiste nous surprend et nous embarque dans un vortex poétique qu’elle seule semble savoir maîtriser. 

L’exposition L’alchimie du Vitrail est une fantastique démonstration du potentiel créatif de Fabienne Verbier. Regroupant à la fois la recherche constitutive des vitraux, des pièces contemporaines et l’historique de l’artiste, notamment son voyage en Chine, il sera facile pour le public de découvrir cette oeuvre emblématique. Rendant ces lettres de noblesse aux vitraux contemporains, l’artiste souligne une nouvelle fois sa maitrise du geste, de la corporalité de ce dernier et de l’intersectionnalité entre art et savoir-faire. Elle synthétise le mouvement, tout en en rendant la pleine essence du geste. L’art de Fabienne Verdier, c’est une partition, une envolée, une source de contemplation et d’introspection sans limite. En cinq salles d’exposition, vous vous en rendrez compte, son travail est unique.

Fabienne Verdier propose à la rentrée (1 octobre 2022 – 27 mars 2023)  une grande exposition au Musee Unterlinden : « Le chant des étoiles« , en lien avec les collections du musée de Colmar, où le célèbre retable d’Issenheim vient d’être restauré. A réserver d’ores et déjà ICI.

 

Photo à la une : Forces tourbillonnaires. Hommage à La Valse de Camille Claudel, jaune d’argent et grisaille sur verre, 2022, détail 4, Collection particulière © ADAGP, Paris, 2022. Photo Marc Domage 

Grigorian puissance trois, dans Il trittico à Salzbourg
« Un jour sans fin » d’Harold Ramis ressort en version restaurée
Anne-Sophie Bertrand

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture