Expos
« Worktable » : quand les spectateurs font l’exposition

« Worktable » : quand les spectateurs font l’exposition

14 juin 2022 | PAR Capucine De Montaudry

Worktable, c’est l’exposition participative que Kate McIntosh a présentée au festival Latitudes contemporaines du 10 au 12 juin. Chaque spectateur, l’un après l’autre, est invité à une expérience de destruction puis de création. Les objets qui en résultent forment l’exposition finale. Une activité très ludique qui suscite l’enthousiasme ! 

Exposition-parcours

Des bénévoles sont formés pour vous accueillir dans le vestibule de l’exposition. S’y trouvent des étagères remplies d’objets. À l’issue de l’expérience, Anda Skrejane, coordinatrice technique, nous explique qu’il s’agissait de proposer des objets à la fois précieux et disponibles, familiers, auxquels chacun puisse rattacher des souvenirs et un univers. Un masque vénitien en porcelaine, un globe, une montre… Chacun, naturel ou artificiel, unique par sa texture, son aspect ou encore sa taille, évoque des expériences et des histoires différentes. 

Après avoir choisi un objet, le visiteur donne son nom, inscrit l’heure et signe une déclaration qui stipule qu’il est entièrement responsable s’il se blesse. De quoi inquiéter ? Cette procédure suscite tout autant la curiosité. Conduit dans une salle isolée par des rideau, il lit les instructions épinglées : mettre en pièce l’objet de son choix. Toute une panoplie d’outils est à sa disposition. Un marteau, un maillet, plein de tournevis, des ciseaux, des gants, des lunettes… 

Une fois le travail fait, il se rend dans la pièce suivante où il peut déposer son objet en pièce sur un plateau, puis en choisir un autre qui a déjà été détruit. Cette fois, l’instruction est de ré assembler les morceaux épars. De nouveau, il peut utiliser tout un tas d’outils : de la colle, du scotch, des trombones, du matériel de couture… C’est un atelier convivial, tous les reconstructeurs sont dans la même pièce. 

Activité créatrice et collective

À la fin, le visiteur dépose son objet dans la dernière salle. Il peut ainsi voir ceux qui ont déjà été reconstitués par d’autres. L’exposition est là. Mais il s’agit avant tout d’une expérience créative. Kate McIntosh laisse en effet toute liberté d’action en dessinant un espace-temps dans lequel chacun a le temps d’écouter ses réactions et de prendre des décisions lors des différentes étapes. 

L’exposition est donc une œuvre commune à tous les visiteurs. Ce dernier moment de Wortable laisse place à un collectif invisible, tissé par l’activité de créer et de reconstruire. Les actions se croisent et tissent un réseau complexe d’interactions sans paroles. Ainsi, chacun peut y reconnaître la fécondité de son travail par son inscription dans cet entrelacs complexe. 

Visuel : affiche de l’exposition Worktable, © Kate McIntosh. 

Le manga One Piece touche à sa fin !
« Goodbye, DonGlees! », le nouveau film d’Atsuko Ishizuka
Capucine De Montaudry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture