Expos
William Eggleston, From Black and White to Color : La Factory photographique

William Eggleston, From Black and White to Color : La Factory photographique

10 septembre 2014 | PAR Marie Crouzet

Le roi de la photographie vernaculaire, William Eggleston, s’installe à la Fondation Cartier-Bresson du 9 septembre au 21 décembre 2014. L’occasion de découvrir ses images iconiques en couleur mais aussi ses tirages noirs et blancs moins connus du public. « From Black and White to Color » est une balade au cœur de l’Amérique des années 70 à ne manquer sous aucun prétexte.

[rating=5]



« Ce qu’il y avait de nouveau à l’époque, c’étaient les centres commerciaux – et c’est ce que j’ai pris en photo ». L’idée est simple. William Eggleston est un photographe du quotidien. À travers son objectif, il capture des fragments d’ordinaire : deux femmes qui patientent dans une salle d’attente, une station service en plein soleil ou encore un poste de télévision allumé. Il n’existe pas de hiérarchie entre ses sujets, chaque événement par sa banalité mérite d’être figé par l’appareil.

Exposer dans la Fondation Cartier-Bresson est sans doute un symbole pour Eggleston car c’est l’œuvre de ce photographe (avec  celle de Robert Frank) qui lui donna l’envie d’exercer à son tour ce métier. Volontairement mélangés dans l’exposition, les clichés noirs et blancs des années 60 se confondent avec ceux, colorés, des années 70. Le style de l’artiste s’impose dès ses plus jeunes images : construire la photo pour qu’elle ait l’air commune. Prise du sol, vue du dessus ou du siège passager d’une voiture : les bases du langage egglestonien sont posées.

Dans la première salle, on découvre un jeune apprenti de supermarché qui range des caddies vides dans une belle lumière. Cette image, Eggleston la considère comme sa « première » photographie couleur. A la manière d’un snapshot, l’artiste photographie ce qu’il vit et ose poser son regard sur ce qui intéresse très peu le commun des mortels. En obligeant les gens à s’arrêter sur ce que la société ne voit pas, il fait naître ce qu’Adam D.Weinberg appellera la « caméra démocratique ».

S’il immortalise souvent les humains (presque toujours en pied ou en buste), Eggleston est aussi un photographe des objets. Dans la mouvance du pop art et de la Factory, il est témoin de la naissance de la société de consommation et il capture ses symboles. Allant des fast-foods aux supermarchés, il saisit en cadre serré les débuts de cette nouvelle ère. Et comment ne pas faire le lien, lorsque l’on voit cette photo de la fin des années 60 de briques de lait alignées dans un réfrigérateur, avec les canettes de soupe Campbell’s peintes par son ami Andy Warhol ?

Le passage radical du noir et blanc à la couleur est l’un des points clé de l’exposition. Dans les salles, chaque mur est consacré soit à la couleur soit au noir et blanc. Les images cohabitent donc dans un même espace mais sans se mélanger. Car si Eggleston commence par photographier en noir et blanc à la fin des années 50, c’est simplement parce qu’il n’y a pas d’alternative. Pour lui, « le monde est en couleur et on ne peut rien contre ». Grâce aux avancées techniques au début des années 70, il tire ses propres images et choisit un procédé qui deviendra sa marque de fabrique, le « dye transfer », impression utilisée pour les affiches de publicité. Et oui, même son outil pour tirer ses images participe de sa vision démocratique de la photographie. L’ordinaire avant tout.

William Eggleston a su photographier le populaire et l’élever au rang d’art. En gros plan, sans jamais localiser ses images, ni les légender, il a construit un discours photographique qui parle au plus grand nombre. L’exposition est une immersion au cœur d’une vie, la sienne, qui aurait pu tout aussi bien être la nôtre.

Infos utiles :
Fondation Henri Cartier-Bresson
2 impasse Lebouis, 75014 Paris
www.henricartierbresson.org
plein tarif 7 euros
Tarif réduit 4 euros
Nocturne gratuite le mercredi de 18h30 à 20h30

Légende

Photo briques de lait :
Untitled, 1965-1970
© William Eggleston / Eggleston artistic Trust, collection de l’artiste

Photo Garçon + caddie :
From Los Alamos Folio 1, Memphis, 1965 [ supermarket boy with carts ]
© William Eggleston / Courtesy Wilson Center for Photography

New York Fashion Week : Romantisme, héroïnes et conte de fée
Le réel n’a pas eu lieu: Michel Onfray se penche sur le principe de Don Quichotte
Marie Crouzet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture