Expos
Toyen, la beauté du rêve au Musée d’Art Moderne

Toyen, la beauté du rêve au Musée d’Art Moderne

07 juillet 2022 | PAR Yaël Hirsch

Le Musée d’Art Moderne propose de découvrir l’univers onirique, varié et absolument poétique de la peintre tchèque « artificialiste » Marie Cermínová, alias Toyen. Une traversée de l’avant-garde du XIXe siècle qui nous mène sur les sentiers les plus créatifs du rêve.  À ne pas manquer avant le 24 juillet. 

Née à Prague et morte à Paris où elle s’est installée dès 1925 (1902-1980), Marie Cermínová, alias Toyen traverse le XXe siècle avec une oeuvre qu’on qualifierait aujourd’hui de « surréaliste » mais qu’elle a plutôt inscrit dans le courant du « primitivisme ». À la fois très personnel, bâti ensemble avec Jindrich Štyrský et en même temps incroyable caisse de résonance des violences de son temps, le travail de Toyen se découvre ou se redécouvre dans la joie au Musée d’Art Moderne de Paris.

Érotisme et surréalisme

Proposant un parcours chronologique et thématique, le Musée d’Art Moderne entreprend, en partenariat avec la Galerie Nationale de Prague et le Hamburger Kunsthalle, un parcours extrêmement riche. Le parcours part d’oeuvres primitivistes pour aller vers de plus grands travaux surréalistes en passant par des variations sur des textes littéraires volontiers poétiques, érotiques et cruels, avec pour découverte Sade. Toyen c’est avant tour un jeu de mot sur le français « citoyen » et To-Yen en tchèque veut dire « c’est lui ». Et son oeuvre est un jeu. Elle s’installe avec son binôme Jindrich Štyrský à Paris où ses oeuvres résonnent avant l’heure avec celles de Klee et Kandinsky. Pendant la guerre qu’elle évoque par cycles terribles (Cache-toi, guerre ! 1940-1944), elle cache un ami juif, Jindrich Heisler, et après la guerre elle est reconnue par les surréalistes, notamment par Breton, avec des grandes toiles à la fois très libres et inquiétantes, par lesquelles Le Mythe de la lumière (1946), Minuit l’heure blasonnée (1961) ou Le Paravent (1966) de l’affiche.

Une oeuvres trop peu connue

Sous le titre « Les 7 épées hors de leur fourreau », la série de portraits de femmes toutes en hauteur (La belle ouvreuse, La visiteuse vertige… 1957) réconcilie à la fois l’inspiration érotique et surréaliste de Toyen. La promenade dans une oeuvre importante et follement créative que nous propose le Musée d’Art moderne est un moment précieux. L’exposition Toyen permet de réévaluer l’importance et l’originalité de cette oeuvre trop peu connue.

visuel : Toyen, Le Paravent, 1966 Musée d’Art Moderne de Paris © Paris Musées, Musée d’Art Moderne, Dist. RMN-Grand Palais / image ville de Paris © ADAGP, Paris, 2022

Le Royaume-Uni fait un pas en avant avec la première restitution d’objets d’arts à l’Inde
L’agenda de la semaine des vernissages de la semaine du 7 juillet
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture