Expos
« Time Capsule 2045 » : 17 artistes envoient leur imaginaire sonore vers le futur aux Beaux-Arts de Paris

« Time Capsule 2045 » : 17 artistes envoient leur imaginaire sonore vers le futur aux Beaux-Arts de Paris

15 mai 2021 | PAR Yaël Hirsch

L’évènement devait se donner à voir et à entendre à tous les 7, 14 et 21 mai avec des performances aux Beaux-Arts de Paris dans le cadre du Théâtre des expositions Acte 2. C’est finalement entre professionnels que nous avons pu découvrir live quelques-unes des 17 capsules sonores que des artistes d’aujourd’hui envoient vers 2045… Il n’empêche, les messages restent et les générations futures les découvriront dans une exposition déjà toute prévue et qui aura lieu dans 25 ans !

Time Capsule 2045 est un projet initié par Art by Translation et Lab’Bel et qui va se développer sur 25 ans. L’exposition itinérante débute dans l’effervescence des Beaux-arts de Paris ce mois de mai et va voyager jusqu’en 2045…

Des capsules de temps artistiques et sonores 

Le principe ? Pour faire face à l’impuissance face à la situation de crise sanitaire et viser plus loin, 17 artistes (Renaud Auguste-Dormeuil, Keren Benbenisty, Christophe Berdaguer et Marie Péjus, Joi Bittle, Charbel-joseph H. Boutros, Julia E. Dyck, Maíra Dietrich, Daniel Frota, Mark Geffriaud, Kenneth Goldsmith, Paula Hayes, Zoé Leonard, Falk Messerschmidt, Gala Porras-Kim, Suha Traboulsi, Yann Sérandour, Pedro Zylbersztajn) et des créateurs sonores sur divers supports (de la K7 au mp3, Pierre Alferi et Rodolphe Burger, Henry Andersen et Bryana Fritz (Slow Reading Club) avec Charlie Usher, Camae Ayewa et Rasheedah Phillips (Black Quantum Futurism), Matteo Barsuglia, Dominique Blais et Kerwin Rolland, Xavier Boussiron et Julien Tiberi, Tyler Coburn, Maíra Dietrich, Julia E. Dyck, Louise Hervé et Clovis Maillet, Hanne Lippard, Falk Messerschmidt, Ariane Michel, Geoff Lowe et Jacqueline Riva (A Constructed World), Julien Sirjacq/The Bells Angels et Pedro Zylbersztajn). Et les propositions des étudiants des Beaux-arts de Paris (atelier de Julien Sirjacq), ENSA Paris-Cergy et ESAD TALM Angers : Carl Amiard, Hugo Bonnet, Jade Boudet, Chloé Cordiale, Lina Filipovich, Claire Jacques, César Kaci, Jiyeon Kim, Loick Mfoundou, Théo Pall, Olivier Perusat, Lois Saumande, Lalie Thebault-Maviel, Jing Yuan) ont imaginé conjointement des capsules sonores qui témoignent d’aujourd’hui pour traverser le temps.

La visite et les performances

Imaginées pour être ouvertes au grand public, les journées dédiées à Time Capsule se sont finalement adressées aux professionnels. Nous avons donc pu entrer aux Beaux-Arts en effervescence malgré les temps de confinement pour voir les capsules elles-mêmes disposées dans une grande salle, avec la solennité requise pour un message qui doit être livré dans 25 ans, et aussi des performances d’artistes. Quand nous passons depuis le quai le seuil des Beaux-Arts, une scène est installée dans le hall, le public est assis sur les marches et des sièges, masqué et espacé. Et c’est presque studieusement que les artistes prennent le micro l’un après l’autre,  après un générique sur rétroprojecteur assez graphique. Hanne Lippard décline d’abord la banque à toutes les sauces, et plus tard elle fera un constat général d’impuissance. Dans Reliefs, avec une voix de speaker ASMR sur des riffs de guitare de Rodolphe Burger, Pierre Alfera décrit les peines du corps et les fait entendre avec deux gants de caoutchouc qui se frottent. L’entracte est mis en son aussi et nous sourions fort à la performance imaginée par Jing Yuan sur le réchauffement climatique, cling font les bouteilles pendant que la température monte. Enfin, c’est à distance que Julia E. Dyck propose en visio une conférence sur la recherche de l’artiste.

Le son du futur

Vous l’aurez compris, c’est pratiquement les yeux fermés qu’il faut suivre ces performances, le son étant au centre,  l’image organisée de manière assez institutionnelle pour survivre en temps de crise sanitaire.  L’on sort des Beaux-Arts avec la ferme intention de tenir encore 25 ans, puisque rendez-vous est pris avec une douzaine d’autres artistes, et découvrir leur message de 2020/21 pour 2045. 

visuel : visite de l’exposition (c)  YH

 

 

A Versailles dès le 1 Juin, le Mois Molière aura bien lieu
Exposition « Faire l’autruche » : Un univers luxuriant où nature et culture se rejoignent
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture