Expos

Rencontre avec Saskia Ooms à l’occasion de l’exposition Van Dongen et les artistes du Bateau-Lavoir au musée Montmartre

Rencontre avec Saskia Ooms à l’occasion de l’exposition Van Dongen et les artistes du Bateau-Lavoir au musée Montmartre

18 juillet 2018 | PAR Solene Paillot

Le musée de la Butte, niché au cœur de Montmartre rue Cortot, rend cette année hommage au peintre néerlandais Kees van Dongen, cinquante ans après sa disparition, dans une exposition intitulée : « Van Dongen et les artistes du Bateau-Lavoir ». Saskia Ooms responsable de conservation du musée de Montmartre nous livre les détails de cette rétrospective à voir jusqu’au 26 aout 2018.

 

On sait que le peintre était coutumier des grandes figures, est-ce qu’il s’est intéressé au peuple de Montmartre ?

Il faut savoir qu’au début de sa carrière Kees van Dongen avait beaucoup d’idées anarchistes et sociales. Il a collaboré et fait des illustrations pour les journaux satiriques comme l’Assiette au Beurre, Gil Blas et La Revue blanche. Il lisait beaucoup Ferdinand Nieuwenhuis et Pierre Kropotkine ; d’ailleurs, Picasso le nommait « Le Kropotkine du Bateau Lavoir ». Van Dongen a beaucoup dessiné ses idées notamment dans le numéro 30 de l’assiette au beurre, petite histoire pour petits et grands enfants, ou il présente ses gravures en noir et en couleurs sur douze pages dont l’une est l’histoire d’une mère et d’une fille contraintes à se prostituer. Ce sont donc des sujets très sociaux qui ont beaucoup marqué les débuts, très engagés, de l’artiste. On le voit également dans certains de ses tableaux notamment dans Lieuses, de sa période « néo-impressionniste » où il montre le travail laborieux des femmes dans les champs.

Quelle était la place du Bateau-Lavoir pour lui ?

Le Bateau-Lavoir était un atelier d’artistes du début du XXème siècle situé à quelques pas de l’actuel musée de Montmartre et qui représente la naissance de l’art moderne. Il a été rendu célèbre par Picasso qui y  a peint Les Demoiselles d’Avignon en 1907. Van Dongen qui est arrivé fin décembre 1905 et est resté jusqu’en 1907 et a été au premier rang lorsque Picasso a peint son tableau. Le jeune van Dongen était très proche de Pablo Picasso et de sa compagne de l’époque Fernande Olivier. Malgré son enthousiasme, les conditions au Bateau-Lavoir restaient assez dures, il n’y gagnait rien en confort mais, il y avait une avant-garde artistique qui régnait entre les artistes qui l’attirait. L’exposition montre que c’est grâce à son séjour au Bateau-Lavoir qu’il a vraiment pu faire cette carrière, qu’il a pu exposer … c’est une étape importante de sa vie d’artiste.

Dans la scénographie de l’exposition, qu’est-ce qui est mis en avant ?

Nous avons choisi une scénographie très épurée mais qui met en avant les œuvres. Nous avons beaucoup joué avec les couleurs pour faire ressortir les tableaux. La peinture de van Dongen est très colorée il y a donc peu d’éléments extérieurs. C’est simple et sobre. Nous avons opté pour un bleu assez fort, entre le turquoise et le vert, au début de l’exposition puis nous avons continué avec du bordeaux, du rouge et un bleu lilas pour la dernière salle. Le tableau Deux Yeux se trouve dans une salle rouge ce qui fait extrêmement bien ressortir les couleurs de l’œuvre.

Il y a un lien entre l’exposition et l’année néerlandaise ?

L’exposition est organisée dans le cadre de la saison culturelle hollandaise au Pays-Bas. Nous avons reçu le soutient de l’Ambassade du Pays-Bas et sommes en partenariat avec le Petit Palais qui a organisé l’exposition Les Hollandais à Paris. Pour nous il était intéressant de parler du parcours de van Dongen au Bateau-Lavoir car il se trouve à côté de notre musée qui à la particularité de s’intéresser à l’histoire de Montmartre à cette période.

Quels ateliers autour de Kees van Dongen proposez-vous ?

Pendant la visite, les enfants auront accès à quatre ateliers. Le premier sur la couleur ou ils pourront étudier les principes de fauvisme et le bouleversement des traditions de l’académie française qu’on apporté ces artistes. Ils analyseront aussi les œuvres de van Dongen et sa fascination pour la couleur. Ils pourront par la suite créer leurs propres œuvres fauves. Le second atelier porte sur les portraits et les personnages qui ont composé le Paris de la fin du XXème siècle. Le troisième portera sur les femmes et la mode. Ils analyseront les œuvres de l’artiste, la manière dont il a représenté les femmes et leurs vêtements. Puis, pour finir, un dernier atelier donne aux enfants la chance de découvrir les différentes techniques de gravure de van Dongen : lithographie, point sèche, aquateinte …

Visuels : ©afficheofficielle

 

 

Coupe du Monde 2018 : 5 livres à lire de toute urgence pour prolonger l’ambiance foot
François Dagregorio et Anaïs Monnet du Ballà Boum Festival : « On se fait avant tout plaisir en programmant des artistes qu’on aime dans un cadre familial » [Interview]
Solene Paillot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *