Expos
« Living rooms » : Bob Wilson au Louvre comme chez lui

« Living rooms » : Bob Wilson au Louvre comme chez lui

17 novembre 2013 | PAR Christophe Candoni

Grand invité du festival d’Automne et du Louvre, l’artiste américain présente dans la capitale jusqu’en février prochain trois spectacles et quelques autres propositions témoignant de son génie créatif. Au musée, il ouvre au public son antre imaginaire, une « bibliothèque vivante » explique-t-il, un univers insolite, touffu et inspirant.

Tandis que se poursuivent les représentations du merveilleux The Old Woman au Théâtre de la Ville avant le très attendu Peter Pan du Berliner Ensemble puis la recréation du mythique  Einstein on the Beach, l’opéra de Philip Glass, Bob Wilson investit le Louvre et y a remonté, au centre de la salle de la chapelle où l’on accède par l’aile Sully, sa chambre à coucher. Un grand lit blanc occupe l’espace, une paire de Santiags argentées est disposée à côté, sûrement les siennes, sa baignoire n’est pas loin. Autant dire qu’il pourrait trois mois durant prendre ses aises et s’y sentir comme chez lui, entouré des objets et œuvres d’art qu’il aime et collectionne tel un monomaniaque depuis son plus jeune âge à l’affût de sources d’inspirations les plus diverses.

Difficile de décrire ce qu’on voit dans ce Living Rooms à découvrir comme une sorte d’autoportrait de l’artiste. Ce dernier déménage au Louvre à Paris une quantité conséquente (et qui n’est pourtant qu’une partie) de sa collection personnelle provenant du centre d’art contemporain de Watermill, un ancien bâtiment de la Western Union, situé sur Long Island, pas trop loin de New York, où il vit et créé depuis 20 ans.

Ce sont des œuvres d’art océaniennes, des céramiques chinoises, des toiles, des lithographies et photographies contemporaines, des objets trouvés, des meubles design (surtout des chaises dont une « Shaker » mise en exergue à l’entrée de l’exposition), des statues et des masques des quatre coins du monde, de styles et époques confondues. L’artisanat ancestral de Birmanie, d’Alaska, d’Asie ou du Laos côtoie sans complexe l’art alternatif New-yorkais (Paul Thek) prouvant le goût sûr d’un esthète pas élitiste et même parfois pop (on y trouve aussi une paire de baskets, un téléphone rouge, un lapin blanc, une figurine Disney…).

Pas de cartels ni d’indications. Bob Wilson compte sur la curiosité et le choc sensible suscités par un accrochage volontairement cumulatif et le caractère hétéroclite des œuvres assemblées. Pour qui connait bien le travail minimaliste et dépouillé de l’artiste intransigeant, obsessionnel, l’aspect caverne de l’exposition peut surprendre. On imagine qu’elle a été conçue  avec un ordre méticuleux par Bob Wilson qui réalise aussi la scénographie  mais elle étourdit et devient illisible tant les œuvres occupent de manière ramassée l’espace de visite recouvert du sol au plafond.

Living Rooms se présente aussi comme un panthéon à de grands artistes d’hier et d’aujourd’hui : Noureev, Marlene Dietrich, Aragon, Gertrude Stein, Philip Glass saisit par le photographe Robert Mapplethorpe au côté de Wilson lui-même. Une star internationale actuelle occupe une place de choix même si elle est difficile à reconnaître, c’est sa nouvelle égérie, Lady Gaga.

La chanteuse pop prête ses traits à Mademoiselle Caroline Rivière, en long manteau blanc et gants couleur moutarde, peinte par Ingres en 1806, reproduite sur écran vidéo. Elle est aussi une démultiplication du Jean-Baptiste de Solario, la tête maculée de sang livrée sur un calice, elle est le Marat de David assassiné dans sa baignoire. Robert Wilson s’est amusé à reconstituer avec elle de manière ludique et facétieuse de célèbres toiles de maîtres sous la forme de tableaux vivants.

A l’auditorium du Louvre, des performances, des rencontres, des projections permettront de pénétrer encore davantage dans l’œuvre fascinante de Robert Wilson.

Crédits : Affiche de l’exposition Living Rooms et AFP/FRANCOIS GUILLOT

Infos pratiques

Théâtre de la Mackellerie
Galerie Polka
Musée du Louvre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *