Expos
L’intime éloquent et étourdissant de Simon English au Transpalette de Bourges

L’intime éloquent et étourdissant de Simon English au Transpalette de Bourges

06 mars 2020 | PAR Christophe Dard

Jusqu’au 4 avril 2020, le centre d’art contemporain propose Your top is my bottom, présentation des nouvelles oeuvres du peintre et sculpteur britannique. Le mot d’ordre est de renverser et de détourner les codes habituels d’une exposition afin de concevoir une mise en scène inédite des impertinentes paroles de l’âme, entre humour, douleur et réflexion mais jamais éloignées de la réalité.

 

Love Is Black
2019
Technique mixte sur toile
250 x 360 cm
© Cedric Migroyan

 

Tout commence par une rencontre il y a quelques années entre Frank Lamy, commissaire indépendant, et Simon English. Elle se déroule au MAC.VAL à Vitry-sur-Seine dont Frank Lamy est responsable de la programmation des expositions temporaires. Il découvre le travail de cet artiste qui vit et travaille à Londres, montre ses créations dans le monde entier et notamment en France, à la Galerie du Jour Agnes B ou bien encore au LaM de Lille.
De cet intérêt de Frank Lamy pour l’univers de Simon English est né une collaboration dont le Transpalette de Bourges , qui a donné carte blanche à Frank Lamy pour le commissariat, est l’agora pour une exposition puissante et exubérante d’authenticité personnelle liée sans aucun doute au point de départ de Your top is my bottom: faire face au mur de la contrainte économique et élaborer des œuvres avec les moyens du bord et donc indépendantes et honnêtes.

 

Betty Red-Shoes
2018
Acrylique, aquarelle, encore sur papier
56 x 36 cm
© Cedric Migroyan

 

Sur trois niveaux sont proposées des oeuvres sur papier, des peintures et des sculptures. Instants furtifs et instantanés, les dessins sont une revisitation des cadavres exquis.
Les grandes toiles sont des fresques labyrinthiques parcourues de damiers, de grilles de jeux et de barreaux, croisement de l’esprit dada, du pop art et de l’action painting. A l’instar du titre et de l’organisation de l’exposition, où la logique, les règles et le sens sont inversés, aucune lecture particulière ne s’impose à la vue de ces grandes compositions si ce n’est celle de la libre interprétation.
Les sculptures, assemblages imprévisibles qui rappellent le ready-made, sont les pièces d’un échiquier géant qui évoquent pour certaines des jouets d’enfants tandis que d’autres rappellent les objets érotiques.

 

Vitrine Peer Gallery
2018
© Jackson White

 

Bien que Simon English assure que Your top is my bottom est moins autobiographique et anecdotique que ses expositions antérieures, une partie de ce travail est une extension du domaine de l’intime. Cette introspection a pour bande-son la pop et le rock des années 60 et 70 (souvenirs de jeunesse, quand tu nous tiens !), les Beatles (Come together) et Carly Simon (You’re so vain), dont les paroles, écrites en filigrane, ont la réserve des mots d’amour échangés entre des amants.

 

Acoustic Sunday
2019
Technique mixte sur toile
250 x 440 cm
© Cedric Migroyan

 

Cependant, les oeuvres livrent une généalogie d’états d’âmes qui ne se départissent jamais d’une part affiliée au quotidien. Les numéros de téléphone écrits à la va-vite, les notes griffonnées et les horaires de trains sont sans doute les alter egos chiffrés de l’existence de Simon English et, parallèlement, les marqueurs empiriques qui peuplent nos vies.

Christophe Dard

 

Manchester Prison Art
2019
Technique mixte sur toile
250 x 450 cm
© Cedric Migroyan

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Your top is my bottom
Jusqu’au 4 avril 2020
Transpalette- centre d’art contemporain
Ass Antre Peaux
24, 26 route de la chapelle 18000 Bourges
Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h sauf les jours fériés
Visites commentées tous les samedis à 15h
Atelier de pratique artistique le mercredi 18 mars à 15h
Visite en famille le dimanche 29 mars à 15h
[email protected]
0248503861

« Ils n’ont rien vu », la mémoire d’Hiroshima pêle-mêle de Thomas Lebrun
« Mon fils marche juste un peu plus lentement », mais cela n’a pas d’importance…
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture. Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *