Expos

L’hôtel de Caumont expose la part sombre de Chagall

L’hôtel de Caumont expose la part sombre de Chagall

26 novembre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

A Aix-en-Provence, à quelques mètres du Cours Mirabeau se niche le superbe hôtel particulier où, jusqu’au 24 mars on découvre une éblouissante perception du si connu Marc Chagall. Chagall du noir et blanc à la couleur offre un regard neuf sur celui qu’on pensait connaître par cœur.

 

Quand on pense Chagall, ce qui vient, ce sont les explosions de couleur qui vous surplombent quand vous êtes à l’Opéra de Paris. Le parcours nous promène du noir à la couleur entre 1948 et 1985. 130 œuvres d’une diversité époustouflante : peintures, dessins, lavis, gouaches, collages, sculptures, céramiques, nous prouvent par l’image que oui, Chagall pensait aussi en noir.

L’objectif de du commissariat de Ambre Gauthier et Meret Meyer semble être de montrer que le noir est le préalable à la couleur. Il y a chez les artistes du lendemain de la guerre un élan sombre. On apprend ici que Le noir est une couleur rassemblait les grands à la Galerie Maeght en 1946. Matisse, Braque, Bonnard… eux aussi peignaient en noir.

Chez Chagall, la vision en noir et blanc de ses personnages amoureux, transis, de ses icônes bibliques ou théâtrales prennent une dimension tragique. Il y a ce Nu (1949) qui déborde presque de tout le tableau dans une urgence de vivre.

Nous sommes saisis par la beauté quand nous retrouvons de façon presque confortable l’image que l’on a de l’artiste. L’intelligence est d’avoir présenté les toiles et leurs esquisses. On découvre un grand Arlequin multicolore et à ses côtés, dans un petit cadre, sa version miniature, en collage préparatoire. Ce chef d’œuvre est peu vu en France car il réside à la Taisei Corporation à Tokyo

L’exposition permet de saisir l’appétence de Chagall pour la technique. En noir, il teste tout, du lavis à la gravure. Il mélange, comme dans un Christ gris sur fond de couleur. Mais ce christ se nomme Devant le tableau  et c’est Chagall lui même qui est sur la croix quand en couleur un peintre à tête de bouc le représente. Le noir est en fait tout le temps là, souvent par touches (comme les pois sur la veste de L »Arlequin ), sauf que jusque là nous étions ignorants, aveuglés par la couleur.

Informations pratiques 

Hôtel de Caumont-Centre d’art
3, rue Joseph Cabassol. 13100 Aix-en-Provence
T. 04 42 20 70 01

Horaires
— 1er novembre 2018 > 24 mars 2019
— Tous les jours, y compris les jours fériés: 10h-18h.
— (Dernière entrée 30 minutes avant la fermeture).

Tarifs
— Plein tarif : 14 €
— Tarifs réduits : https://www.caumont-centredart.com/fr/preparer-sa-visite/tarifs

Web
www.caumont-centredart.com

Visuels ©Amélie Blaustein Niddam, vues de l’exposition

Les Utra-marins, la classe préparatoire hors du commun à Limoges
« On voudrait revivre » : un spectacle hybride et audacieux autour des chansons de Gérard Manset
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *