Expos
« Les militantes » exposées chez Guerlain

« Les militantes » exposées chez Guerlain

24 octobre 2022 | PAR Yaël Hirsch

Depuis 2006, la maison Guerlain expose des femmes artistes dans sa boutique iconique des Champs-Élysées. En cette semaine d’art, elles sont 21, elles sont internationales, de plusieurs générations et elles militent cette fois-ci les nid de la ruche de « Bee art » by Guerlain, sous la houlette d’Ann Caroline Prazan.

Lorsque l’on entre dans l’élégant écrin de la boutique Guerlain des Champs-Elysées, la première œuvre qui nous marque est une grande photo d’ Elea Jeanne Schmitter mettant en avant un buste sanglé et écrasé par une ceinture de sécurité. En plein octobre rose, le fond de l’air est bleu et la mise en cause de modèles masculins pour penser et mouler notre sécurité est frappante. Plus bas, dans les tissus et les ors merveilleux de la boutique, la transparence du verre sur le carton triste et foisonnant de la Maison malade de Jeanne Susplugas frappe et questionne. L’artiste développe cette installation qui interpelle depuis 1999. Non loin, la Vénus ouverte et noire de Jeanne Vicérial fait penser à une noble dame andalouse en deuil. Au fond, l’installation à la fois minimale et sonore de Min Zhang laisse l’espace de réfléchir.

De passage au rez-de-chaussée, les sculptures de tissus de Francesca Pasquali nous envoûtent de couleurs puis le bel escalier nous mène à l’étage, au coeur de la ruche où le cèdre rouge de la Colonne vertébrale de Béatrice Arthus-Bertrand irradie, tandis que le buste de Dalila Dalléas Bouzar inquiète autant qu’il séduit.

Dans un salon excentré, nous attendent du Louise Bourgeois, du Kiki Smith et du Niki de Saint Phalle, éternelles militantes, mais aussi des oeuvres de Tirdad Hashemi et d’Etel Adnan. La photo contrastée de Sir Zanele Muholi interpelle, tandis que le dessin de Thu-Van Tran évoque une destruction totale.

Ainsi à travers un espace délicat, doré, poudré, ces militantes venues du monde entier font passer des messages sur les épreuves que connaissent les femmes et l’humanité. Un ensemble qui donne à réfléchir et à parler. A découvrir en entrée libre chez Guerlain, 68 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris, jusqu’au 14 novembre 2022 .

visuel (c) affiche : Dalila Dalléas Bouzar, Ma demeure #8, 2019 Huile sur toile, 60 X 50 cm Courtesy de l’artiste et de la Galerie Cécile Fakhoury, Abidjan, Dakar, Paris © Grégory Copitet, ADAGP / Jeanne Susplugas, La maison Malade (c) Brice Pelleschi / Béatrice Arthus- Bertrand, Colonne vertébrale, (c) Pierre Mouton

Le festival baroque de Pontoise accueille les Arts Florissants
Les obsessions de Sam Szafran au Musée de l’Orangerie
Avatar photo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration