Expos
Les fragments d’humanité de Michael Lindsay-Hogg à la galerie Pixi 

Les fragments d’humanité de Michael Lindsay-Hogg à la galerie Pixi 

06 décembre 2019 | PAR Christophe Dard

Jusqu’au 21 décembre 2019, la galerie fondée par Marie-Victoire Poliakoff présente les œuvres du plus pop des baronnets. Surtout célèbre pour ses réalisations, du documentaire Let It Be, sur le dernier concert des Beatles, aux clips des Rolling Stones, Lindsay-Hogg est également un dessinateur et un peintre capable de saisir en quelques traits toutes les émotions humaines.  

 

Entre 1995 – 2019
Collage
© Michael Lindsay-Hogg

 

D’où vient le talent de Sir Michael Lindsay-Hogg, cette faculté en apparence si simple et pourtant très difficile, de croquer en quelques instants un visage imaginaire et énigmatique et de nous dispenser de ses sensibilités les plus profondes en même temps que ses défauts ? Est-ce d’avoir grandi dans le milieu du cinéma dès son plus jeune âge pour celui qui est le « fils caché » de Orson Welles et voulait devenir acteur ? Ou est-ce parce que la mansuétude de ce dandy britannique dont le flegme ne se démarque jamais d’une profonde et sincère empathie lui permet de cerner rapidement une personnalité ? Les productions plastiques de Michael Lindsay-Hogg ne sont pas les créations les plus connues de sa carrière et pourtant, elles sont bien plus que des moments furtifs catalogués comme des passe-temps ou relevant du jardin secret. Ces œuvres expriment une force incroyable, de l’humour mais aussi de la mélancolie et accompagnent, en guides discrets et réconfortants, les instants privés de Lindsay-Hogg, loin de la vie trépidante des tournages et des projecteurs des plateaux.

 

Entre 1995 – 2019
Huile sur toile
© Michael Lindsay-Hogg

 

A l’instar de son père biologique, Lindsay-Hogg dessine et peint des portraits, des illustrations et conçoit également des collages. Depuis l’enfance, il confie son temps libre au dessin. On y trouve de nombreuses influences : les comic strips et les cartoons, les compositions de Klee, les déformations chères à Bacon, les toiles de Modigliani (l’un des dessins est un hommage au portrait de Moïse Kisling), les traits noirs et délicats qui esquissent les visages et les silhouettes de Dufy, l’un des peintres favoris de celui qui à seulement 24 ans produisait déjà Ready Steady Go !, une des premières émissions télévisées britanniques consacrées au rock et à la pop et diffusée de 1963 à 1966 sur ITV. L’une de ses œuvres préférées de Dufy est d’ailleurs La Fée Electricité comme celle, bienveillante, qui a tenu son rang dans les nombreux films et clips que Lindsay-Hogg a réalisé. Aussi, la musique s’immisce dans les dessins et les peintures de Michael Lindsay-Hogg. Par exemple, dans l’une des huiles de celui à qui l’on doit le clip de Paperback writer des Beatles, un homme a des faux airs de David Bowie, époque Station to Station au milieu des années 70.

 

Entre 1995 – 2019
Huile sur toile
© Michael Lindsay-Hogg

 

Disciple de l’art brut, de l’expressionnisme, période Cavalier bleu, Lindsay-Hogg a nourri ses réflexions par des rencontres déterminantes dans le monde interlope de Londres et aux Etats-Unis, telle celle de Yoko Ono, la compagne de John Lennon. De surcroît, celui qui est l’ami de Wes Anderson a réalisé de nombreux films sur l’art.

 

Entre 1995 – 2019
Huile sur toile
© Michael Lindsay-Hogg

 

A près de 80 ans, Michael Lindsay-Hogg, dont on reparlera très bientôt à l’occasion de la sortie prochaine du film documentaire Let It Be en version longue, ouvre au public sa vie d’artiste plasticien passionné et généreux. Et pour un homme aussi distingué et courtois, exposer à la galerie Pixi s’imposait comme une évidence car lorsque l’on parle d’élégance, on ne traite pas avec n’importe qui. Marie-Victoire Poliakoff, la petite-fille du peintre Serge Poliakoff, et sa fille Sacha élèvent le raffinement au rang d’un art de vivre naturel. Dans le boudoir de la galerie, la pop, reine en son royaume, regarde le monde avec désinvolture, entourée de sa cour, des livres, des objets, des fleurs et ce panneau sur lequel est marqué High Life comme on pourrait qualifier l’existence de Michael Lindsay-Hogg.

 

Entre 1995 – 2019
Huile sur toile
© Michael Lindsay-Hogg

 

Christophe Dard

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Michael Lindsay-Hogg

Jusqu’au 21 décembre 2019

Galerie Pixi

95 rue de Seine 75006 Paris

galeriepiximarievictoirepoliakoff.com

 

 

L’art mesure le monde à Sérignan
La Philharmonie consacre trois soirées à la trilogie Qatsi : les films du réalisateur Godfrey Reggio sur des musiques de Philip Glass
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture. Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *