Expos
Greatings to A+A : Ulla Hase, stylo-rolleuse

Greatings to A+A : Ulla Hase, stylo-rolleuse

25 septembre 2020 | PAR Sylvia Botella


Depuis quelques années, l’artiste bruxelloise Ulla Hase s’impose discrètement comme une des artistes au stylo-roller les plus sensibles, les plus inventives. Aujourd’hui, son exposition Greatings to A+A ravie l’espace/exposition Freddy Thielemans du Mont – de – Piété à Bruxelles.

En français, le mot « greatings » signifie « salutations ». De là vient sans doute le sentiment d’être bien accueilli lorsqu’on découvre comme au temps de l’enfance les œuvres de l’artiste visuelle Ulla Hase dans un lieu caché Rue Saint-Guislain à Bruxelles : l’espace/exposition Freddy Thielemans au Mont – de – Piété.

Devant l’exposition Greatings to A+A de l’artiste Ulla Hase, l’émotion est joie, aussi pure que vertigineuse. Il y a dans le dessin quelque chose d’une approche juvénile étrangement tourmentée. L’artiste invente un univers dessiné trouble où la finesse (fraicheur) du trait répété frénétiquement sur le papier entre en tensions avec des forces sombres. Main moite et regard acéré, l’exigence esthétique ne recourt ici à aucune sophistication. C’est peut-être cela qui est fascinant et au fond d’une beauté déchirante dans le travail de Ulla Hase : le papier « réagit et se réveille », comme sculpté à coups de stylo roller bleu et/ou rouge. Il opère une attraction magnétique.

Le trait est exigent. Uni ou multidirectionnel, il réserve à l’oeil de stupéfiantes métamorphoses pleines d’ardeur juvénile et de nuances : glissements des lignes, onde de choc ou matière inattendue. Au visiteur singulièrement, les récits se dévoilent au gré aléatoire du débordement des formes géométriques. Il marque la distance entre ce qui est vu et ce qui est vécu. D’où cette impression de flottement et de rêve éveillé qui imprègne l’expérience du visiteur. Autrement dit, la beauté du dessin réside dans cette subtile inversion de ce qui est vécu et de ce qui est vu. Le dessin que l’on voit est remplacé par un autre dessin. Ici, un champ magnétique, rapide, ultra violent. Là, les pétales d’une fleur guettée par le symbole de la nature. Là-bas, la transparence d’une étoffe chuchotant des fantasmes. Ou encore des micro billes reliées à la sphère céleste. Cette originalité est soulignée par l’agencement d’un parcours dévoilant avec sensibilité différentes oeuvres gigantesques ou aux proportions plus modestes, dans une combinatoire aussi philosophique qu’esthétique. Dessiner, c’est penser.

Greatings to A + A révèle au visiteur la vulnérabilité de sa condition et instille l’intrigante impression d’entrer dans un univers aux lois inversées. Et bizarrement, d’explorer une vanité des temps modernes. Greatings… 2020

Visuel : Greatings to A + A (c) Ulla Hase

Greatings to A+A / Ulla Hase, du 11 au 27/09, Espace exposition Freddy Thielmans / Mont – de – Piété, Rue Saint Guislain 19 Bruxelles

« Traversées » : vertigineux frémissements au passage des seuils
L’agenda du week-end des 26 et 27 septembre
Sylvia Botella

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *