Arts
Du Land Art au Tibet, comme une évidence

Du Land Art au Tibet, comme une évidence

04 octobre 2022 | PAR Julie Viers

L’artiste chinois Wang Yiming a réalisé plusieurs oeuvres de Land Art sur les plateaux tibétains. À chaque fois le processus de réalisation a été filmé. À l’hôtel de l’industrie, à Saint Germain des Prés, il est possible de découvrir son oeuvre jusqu’au 9 octobre.

Un artiste original

Le Land Art est une tendance artistique très peu présente en Chine. Cela place l’artiste Wang Yiming dans les marges de l’art. Cet homme calme, maître de lui même dépense tout son argent dans ses travaux artistiques. Au début des années 2010, il peint surtout des toiles figuratives jusqu’à sa découverte de l’Himalaya. Cela fut un choc spirituel. Il se dirige alors vers la peinture abstraite sans pour autant négliger le sensible.

Loungta, un lieu et un style

« La pureté idéologique et le sens du rituel associés au Land Art trouvent alors un véritable écho dans la philosophie, la religion et la culture tibétaines ». C’est ainsi que la commissaire de l’exposition présente le travail de Wang Yiming. Les oeuvres sont installées loin de toute forme d’activité humaine dans une idée de déception de la vie urbaine. À travers ses peintures représentant des lignes torturées, enchevêtrées l’artiste nous invite à méditer. D’ailleurs les tissus portent le nom de « loungta » qui sont des supports de prières bouddhistes.

Pour un art responsable

Wang Yiming est en accord avec la théorie de Alan Sonfist, pionnier du Land Art, pour qui « l’art devrait avoir une moralité et une responsabilité dans notre société ». Avec le Land Art, Wang Yiming se positionne en opposition à la société de consommation et pour la protection de l’environnement. Ses oeuvres sont une célébration spirituelle de la nature. À travers un camaïeu de couleurs, il nous incite à retrouver l’union entre les hommes et le sacré, entre le soi et le monde. Cette prise de conscience universelle de la nécessité d’une cohabitation entre l’homme et la nature ne s’inscrit pas uniquement dans son art. En effet, Wang Yiming a participé au nettoyage de l’Everest en 2019.

Loungta, salutation du lointain à l’Hôtel de l’Industrie (4 place Saint-Germain de Près) du 3 au 9 octobre 2022 de 11h à 19h. Conférence le 6 octobre 2022 dès 16h.

Visuel : Affiche officielle de l’exposition

Alice Neel au Centre Pompidou : Peintre engagée du siècle américain
« Anima Bella », un film à mi-chemin entre le film social et le merveilleux
Julie Viers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration