Architecture

Conférence et hommage suisses pour Santiago Calatrava [Crans Montana]

Conférence et hommage suisses pour Santiago Calatrava [Crans Montana]

21 juillet 2018 | PAR Yaël Hirsch

C’est dans l’auditorium de l’Hôtel Guarda Golf que plus de 120 personnes se sont réunies le 20 juillet 2018 autour de l’architecte Santiago Calatrava. Le maestro nous a initiés à son œuvre et à sa méthode de création, en jetant des ponts entre sculpture et architecture.

Alors que plus de 120 auditeurs étaient réunis pour la conférence, à 18h30 précise, François Barras, le responsable de l’association de Swiss Made Culture a présenté le grand architecte international. Il rappelé ses monuments et ponts à Jérusalem, Bilbao, Liège, Venise et bientôt Dubaï … « C’est l’un des architectes qui représente le mieux la Suisse dans le monde », a-t-il expliqué. Né en Espagne, Santiago Calatrava a fait ses études et rayonne en grande partie depuis la Suisse. Ainsi, l’architecte illustre parfaitement la promesse de l’association Swiss Made Culture née en 2017, enracinée à Crans-Montana et qui met en avant un pays créatif et ouvert : « La Suisse en dialogue avec le monde ».

Dans un Français d’une fluidité immense, Santiago Calatrava a fait défiler des images de ses bâtiments et de ses esquisses et les a expliqués avec limpidité. Sa thèse est simple : l’architecture est un art, ce que le 21e siècle sait comprendre, contrairement au 20e siècle qui a focalisé sur ce qui était fonctionnel.

C’est lors de ses études à polytechnique alors qu’il était immergé dans des questions de physique, que Santiago Calatrava a commencé aussi à sculpter. C’est un art qui l’aide à réfléchir à la gravité, la masse mais aussi à s’inspirer de l’anatomie humaine. Ainsi, observant notamment comment ses enfants se mettaient debout, il a schématisé avec des cônes et cubes la colonne vertébrale : « Le sens de l’ingénierie c’est contempler la nature et en tirer des modèles. Aussi abstrait que cela paraisse, c’est toujours figuratif », explique-t-il en passant des visuels de sa grande tour torsadée de Malmö.

Projetant la couverture du livre issu de sa thèse, Santiago Calatrava nous fait rêver avec une fleur qui s’ouvre, véritable totem de son savoir et de son art. La nature étant maîtresse, il a fait des études de topologie qui ont donné lieu à ses dessins où les formes se déploient. Comme dans le musée de Milwaukee qui permet aux objets de s’épanouir. Ou dans le nouveau bâtiment que l’architecte est en train de construire avec l’un de ses fils, Michael, pour l’exposition universelle aux Émirats Arabes Unis en 2020 et qui se déploie, avec son toit qui s’ouvre ou se ferme au soleil, comme un majestueux faucon.

Mettant en avant certaines de ses constructions, sculptures et ses mécanos inspirés par la forme de l’œil (Lyon, Planétarium de Valence, ville natale de Calatrava), il commente : « Un architecte travaille avec l’œil et pas avec les mains. Je pense que si Raphaël n’avait pas eu de mains, il aurait été un architecte exceptionnel ». C’est aussi à partir de sculptures que Calatrava a bâti des caves en Rioja, la gare d’Emilie Romagne ou pensé à la manière de présenter la flamme olympique quand il a dessiné le complexe d’Athènes pour les JO de 2004.

Pour la gare de Liège l’inspiration est plutôt peinte et se situe au niveau des hanches. Il nous montre des aquarelles de corps et commente : « Je dis toujours : Liège c’est une femme », avant de nous expliquer comment il a conçu la gare où presque la moitié de la ville s’est mobilisée pour célébrer son ouverture.

Quand il a fait voir sa traversée du Lac de Genève de 2017, Calatrava est acclamé par le public et en profite pour revenir sur la manière dont il a appris le Français dans une famille genevoise et comment cet enseignement simple la marque à vie : « Maintenant je suis un confédéré ».

L’architecte embraye avec humour et fierté par parler de la tour qu’il est en train de construire à Dubaï et qui sera « sensiblement » plus haute que la plus haute tour de la ville : Burg Khalifa. Ce sera une tour observatoire dont Calatrava n’a pas pu révéler la hauteur exacte.

Et cette belle conférence vive et claire se termine avec une sculpture en construction à Chicago (12 m de hauteur) qui s’intitule Mother & Child et est la source d’inspiration de son Transportation Hub de Ground Zéro. A côté, l’église orthodoxe Saint Nicholas écrasée par la chute du d’une des Twin towers, est inspiré de l’imagerie immémoriale de l’orthodoxie. Elle est faite dans le marbre luminescent qui a servi à faire et sert à réparer le Parthénon…

La conférence se termine par de profondes questions, une ovation et un verre frais et doux sur la terrasse de l’hôtel, avec une belle vue sur le golf et les Montagnes.

Quatre autres événements sont programs par Swiss Made Culture pendant l’été, dont mi-août la venue du collectionneur chinois Ulrich Slig et un Instant Lyrique avec Laure Barras, Antoine Palloc et Benjamin Bernheim.
visuels : YH

« L’écorce des rêves », David Nathanson rit de la mort au Off d’Avignon
Festival d’Avignon Sujets à Vif D : Lumineux « Long time no see! » de Jenna Jalonen et Beatrix Simko accompagné de « Fénanoq » au Jardin de la Vierge du Lycée Saint-Joseph
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Une réflexion sur « Conférence et hommage suisses pour Santiago Calatrava [Crans Montana] »

Commentaire(s)

  • Une conférence effectivement éblouissante. Il est rare qu’une personne évoque son propre travail et son oeuvre avec autant de passion et de distance conjuguées, nous livrant des clés pour comprendre une démarche dont on comprend bien comment les compétences, elles-aussi conjuguées, de l’artiste, de l’architecte et de l’ingénieur permettent d’aller aussi loin dans la création.

    juillet 23, 2018 at 11 h 56 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *