Politique culturelle

Hunter S. Thompson: les habitudes alimentaires d’un journaliste « gonzoide »

Hunter S. Thompson: les habitudes alimentaires d’un journaliste « gonzoide »

22 décembre 2014 | PAR Carlos Dominguez-Lloret


Hunter Stockton Thompson (1937-2005) a été l’une des voix les plus controversées de l’Amérique des années 60 et 70. Ce journaliste et écrivain, auteur des chef d’oeuvres contemporaines tels
Hell’s Angels (1966) et Fear and loathing in Las Vegas (1972) a été l’une des plumes les plus douées et engagées de son époque.

HS

C’est Hunter S. Thompson qui démocratisa le principe de « journalisme gonzo », un journalisme centré sur ce que l’on appelle l’ultra-subjectivité, engagé politiquement et stimulé par la prise de drogues et les rencontres fortuites. Néanmoins, le journalisme pratiqué par Doctor Thompson, comme on l’appelait souvent, trouvait son inspiration dans la cuisine de sa vielle maison de Woody Creek, Colorado.

Tandis que pour la plupart de nous la cuisine est le lieu pour préparer les repas et partager en famille, pour Hunter la cuisine était l’endroit où il passait des longues soirées à écrire. Des livres éparpillés partout et des brouillons collés aux murs, dans les tiroirs ou sur la table à manger, la cuisine de l’écrivain noyait dans une avalanche de papiers et de créativité. Il faut bien dire que pour le journaliste sa cuisine était aussi un lieu de rencontres et l’endroit où il adorait lire ses papier à haute voix. C’est ainsi que entouré de potes, spécialement de son cher ami et confident Bob Braudis, qui n’était rien d’autre que le Sheriff de Pitkin, que son travail évolua au sein des nuits.

Hunter Thompson n’écrivait que les soirs et sa routine s’avérait étrange pour ceux qui lui rencontraient pour la première fois. Pour l’écrivain américain le petit déjeuner était un rituel sacré, et c’est ainsi qu’il le prenait tout seul. La marque caractéristique de ses petits déjeuners était l’excès. Pour commencer, le Doctor Thompson se levait vers 15h00 et il prenait quatre Bloody Marys, deux pamplemousses, un bocal de café, Rangoon crêpes, 500 grammes de saucisses ou de lardons pimentées, une omelette espagnole, 25 centilitres de lait, un morceau de tarte au citron, deux Margaritas, et six rails de cocaïne comme dessert. Tout cela accompagné d’un stylo et d’un cahier pour planifier sa journée, de la bon musique et des journaux. Si les conditions de son environnement étaient favorables, il préférait aussi prendre son petit déj à poil.

Dans son livre Hunter: The Strange and Savage Life of Hunter S. Thompson, la biographe E. Jean Carroll commence le portrait du l’écrivain par une liste détaillé de ce qui s’avérait être une journée dans la vie de Hunter:

15h: Réveil.

15h05: Un verre de Chivas Regal avec les journaux du matin et des cigarettes Dunhills.

15h45: Un rail de cocaïne.

15h50: Un autre verre de Chivas, une Dunhill.

16h05: Première tasse de café, accompagnée d’une Dunhill.

16h15: Un autre rail de coke.

16h16: Jus d’orange, Dunhill.

16h30: Cocaïne.

16h54: Cocaïne.

17h05: Cocaïne.

17h11: Café, des Dunhills.

17h30: Plus de glace dans le Chivas.

17h45: Cocaïne, etc., etc.

18h00: Un peu d’herbe pour tasser les folies de la journée…

19h05: Direction le Woody Creek Tavern pour diner. Une Heineken, deux margaritas, salade coleslaw, un « taco-salade », double ration de rondelles d’oignons frits, un gâteau aux carottes, une glace, un beignet de haricots, des Dunhills, une autre Heineken, de la cocaïne, et pour le retour à la maison, un « snow cone » (trois ou quatre doses de Chivas dans un verre de glace pilée).

21h00: Se met à sniffer de la coke « sérieusement ».

22h00: Quelques gouttes LSD.

23h00: Chartreuse, cocaïne, herbe.

23h30: Cocaïne, etc, etc.

Minuit: Hunter S. Thompson est prêt à écrire.

00h05 à 6h00: Chartreuse, cocaïne, herbe, Chivas, café, Heineken, cigarettes aux clous de girofle, pamplemousse, des Dunhills, un jus d’orange, du gin, des films pornos en toile de fond.

6h00: Jacuzzi-champagne, glace Dove, « fettuccine Alfredo » (pâtes au parmesan).

8h00: Béatitude.

8h20: Dodo.

Malgré cette vie d’excès, Hunter S. Thompson a vécu jusqu’à ses 67 ans. On dirait que c’était le cholestérol, la diabète, un arrêt cardiaque où n’importe quelle autre maladie liée à son style de vie qui l’a emporté. Mais non, Doctor Thompson était en bonne santé le jour de sa mort. L’écrivain et journaliste se suicida le 20 février 2005 dans sa vieille maison de Woody Creek laissant derrière lui une oeuvre importante et une note affirmant qu’il avait déjà trop vécu. Pour lui, la vie ne fut jamais assez étrange.

visuel © RS79

[Interview] Romain Llobet : « Nous sommes tous passés du cocktail dégueulasse au cocktail très soigné »
Boire et manger sur un plateau
Carlos Dominguez-Lloret

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *