Politique culturelle
Le Théâtre Privé s’oppose à la suppression de la taxe

Le Théâtre Privé s’oppose à la suppression de la taxe

14 novembre 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Une lettre ouverte signée par 600 personnalités et professionnels du théâtre a été adressée au ministre de la Culture, tandis qu’une pétition en ligne contre la suppression de la taxe sur la billetterie des théâtres privés a recueilli plus de 1.000 signatures.

La taxe alimente une cagnotte collectée par l’Association de Soutien au Théâtre Privé (ASTP). Celle-ci attribue des aides à la production ou à la diffusion de spectacles. La garantie ASTP prend en charge jusqu’à 40 % du déficit d’exploitation d’un spectacle. Ainsi les succès financent les bides. Cette aide financière  peut être complétée par des aides à la création ou à l’emploi. Ce système mutualiste et corporatiste se confronte à la doctrine du gouvernement d’alléger la fiscalité des entreprises. La mesure déconstruit le système de solidarité pour le remplacer par une subvention. L’inquiétude du secteur porte sur une nouvelle dépendance à l’Etat en matière de financement mais aussi peut-être, de programmation, et sur le risque d’une disparition de la subvention lors d’un futur budget. 

Le projet de suppression de cette taxe de 3,5%, porté par le gouvernement, a été adopté par l’Assemblée nationale le 18 octobre.

Visuel : ©ministère de la culture et de la communication

Gagnante du Prix Interralié – Karine Tuil
Les Mille et Une Nuits une création ringarde de Guillaume Vincent à L’Odéon, théâtre de l’Europe.
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *