Politique culturelle
Le deuil des Institutions Culturelles : le temps du silence

Le deuil des Institutions Culturelles : le temps du silence

16 novembre 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Deux jours après. La même angoisse, la même boule au ventre. Alors que les morts ne sont pas tous identifiés et qu’ils devront attendre pour accéder à une sépulture, il faut porter le deuil de ceux qui ne sont pas encore enterrés. Comment les acteurs de la culture prennent-ils la parole ? Comment témoignent-ils ?

Ce matin, il est impossible de savoir exactement ce qui ouvrira ce soir. Les théâtres et les cirques sont en train de reprendre leur activités en mettant en place un dispositif de sécurité adapté, sous la responsabilité de leurs gestionnaires. C’est du cas par cas. Emmanuel Demarcy-Mota, directeur du Théâtre de la Ville et du festival d’Automne à Paris a déclaré à France Info « La responsabilité d’un homme de théâtre ou de la culture, c’est de continuer à jouer, de ne jamais céder ». Il ajoute que « le premier enjeu c’est la mise en sécurité des personnes qui travaillent et du public pour pouvoir ouvrir dès lundi ». Et on le sait maintenant, le Festival d’Automne joue ce soir.

Fleur Pellerin a annoncé hier la réouverture des établissements culturels d’Ile-de-France ce lundi 16 novembre 2015. La minute de silence qui aura lieu partout à midi est relayée par les lieux. Le Centre Pompidou ouvrira aujourd’hui un peu après 12h30 suite à la minute de silence en hommage aux victimes. Dès la nouvelle du massacre, le président de l’IMA où se tient la biennale des photographies du Monde Arabe, Jack Lang a déclaré sur twitter « Il faut que institutions culturelles & écoles rouvrent dès que possible, c’est par elles que recule le fanatisme » .

Sur les radios publiques, la minute sera évidement respectée. FIP respectera 1 minute de silence sur son antenne avant de diffuser La Marche Funèbre de Beethoven. A l’Odéon « En hommage aux victimes du carnage, Claude Lévêque a décidé d’éteindre la phrase néon « the world is yours » présentée sur le théâtre de l’Odéon.

A l’heure actuelle, le silence dure plus qu’une minute. Les fils twitter des lieux culturels ne se parent pas de grandes déclarations.

Visuel : DR

Un hommage de chants et de silence
L’État d’Urgence et son implication pour la Culture et les Médias
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *