Arts
La région Auvergne-Rhône-Alpes revoit la répartition du budget consacré à la culture

La région Auvergne-Rhône-Alpes revoit la répartition du budget consacré à la culture

05 mai 2022 | PAR Capucine De Montaudry

Laurent Wauquiez, président Les Républicains du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé  le 22 avril une baisse des subventions consacrées aux structures culturelles de la Métropole de Lyon, au nom d’un rééquilibrage territorial.

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, 60% des engagements pour la culture bénéficient aux établissements situés dans la Métropole de Lyon, soit Ville de Lyon et 59 communes. Ce budget comprend les subventions des établissements culturels. Or la vice-présidente chargée de la culture, Sophie Rotkopf, déclare que la région n’a pas pour rôle d’aider autant les structures. En effet, depuis 2021, les politiques régionales visent une concentration des dépenses sur les responsabilités de la région. Or en matière culturelle, seul l’inventaire du patrimoine et des établissements d’enseignement artistique relève de ses compétences obligatoires. Si l’Auvergne Rhône Alpes a jusqu’ici fait le choix de soutenir de nombreuses disciplines artistiques sur l’ensemble du territoire, le conseil régional revisite aujourd’hui ses engagements en faveur des structures culturelles de la Métropole. Trois établissements sont concernés par cette décision : l’Opéra de Lyon, la Biennale d’Art contemporain et la Villa Gillet. 

L’opéra de Lyon 

La baisse des subventions, à hauteur de 500 000€, ne représente pas une réelle difficulté pour l’Opéra de Lyon. En effet, son budget annuel s’élève à 38 millions d’euros. Les aides de la région sont minimes au regard de ce montant. Elles représentent en effet 2,8 millions d’euros et passeront à 2,3 millions d’euros d’après les chiffes annoncés. En termes de pourcentages, les subventions régionales passent de 7,4% à 6%. L’essentiel du budget repose sur la Ville de Lyon, puis les recettes de l’établissement et l’État. La structure a refusé de fournir davantage d’informations.

Ainsi, si une nouvelle répartition du budget est à envisager, elle ne met pas en difficulté le fonctionnement de l’Opéra. Cependant, la cohérence de la décision prise par la région, au nom du rééquilibrage territorial, ne semble pas tenir compte du fait que 60% du public n’est pas lyonnais. Le projet de Richard Brunel, directeur de l’Opéra, accorde en effet une part importante à la diversification des publics. Il entend créer à travers toute la région des possibilités d’accès aux œuvres. Son projet est de faire rayonner la structure au-delà des murs de la ville pour participer au développement de la région. 

La Biennale d’Art contemporain 

La Biennale d’Art contemporain de Lyon a lieu tous les deux ans de septembre à janvier. Le retrait de 200 000 euros de subventions régionales représente une baisse plus importante que celle de l’Opéra car son budget est d’environ 8 millions d’euros. La directrice artistique, Isabelle Bertolotti, déclare son incompréhension. La décision qui n’a fait l’objet d’aucune concertation avec les établissements concernés. Il s’agit à présent de comprendre si cette baisse influencera le budget pour la saison 2022, qui débutera dans seulement quatre mois, ou si elle sera mise en œuvre à l’avenir. Le paradoxe est qu’une grande part des subventions régionales est consacré à l’action territoriale de la Biennale. Elle recourt en effet à de nombreux moyens pour favoriser l’accès des publics locaux, notamment scolaires, par l’intermédiaire des transports. 

La Villa Gillet 

La Villa Gillet, maison européenne et internationale des écritures contemporaines, est la structure le plus touchée par la baisse des subventions. Dans son cas, il s’agit d’un retrait total des 350 000 euros de la région, ce qui représente un tiers du budget. L’explication est celle d’un impact strictement métropolitain. La Villa Gillet conteste une telle mesure car des rencontres itinérantes sont organisées dans la région. Le retrait de ces subventions place l’établissement dans une situation très précaire. 

Affaire à suivre…

Laurent Wauquiez justifie cette décision au nom d’un rééquilibrage territorial dans le développement culturel de la région. Il est aujourd’hui difficile d’évaluer quelles mesures il entend mettre en place. Les établissements privés d’une part de leurs subventions mènent en effet des politiques d’accès à la culture qui bénéficient à l’ensemble des territoires régionaux. Le conseil régional souhaite sans doute favoriser les initiatives locales, c’est pourquoi il s’agit à présent de suivre les différentes évolutions du budget consacré à la culture et leurs conséquences sur l’ensemble du territoire. 

Visuel : Vue depuis l’intérieur du Studio du ballet de l’Opéra, situé sous la verrière au sommet du bâtiment, © Sashi Rolls. 

Changement de direction au sein de l’ONDA
Shechter et Eyal imposent leurs rythmes à la GöteborgsOperans Danskompani
Capucine De Montaudry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture