Politique culturelle
La Chine arrête l’artiste Ai Weiwei

La Chine arrête l’artiste Ai Weiwei

05 avril 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le plasticien Ai Weiwei, très critique envers le régime chinois  a disparu ce week-end alors qu’il souhaitait voyager vers Hong Kong.L’ambassadeur de l’Union européenne en Chine a exprimé mardi son inquiétude  sur le sort de l’artiste Ai Weiwei, infatigable critique du gouvernement chinois, disparu ce week-end, rejoignant ainsi plusieurs grands pays et des associations de défense des droits de l’Homme.

Markus Ederer, l’ambassadeur de l’UE en Chine, a dans un communiqué, appelé « les autorités chinoises à s’abstenir de recourir à la détention arbitraire quelles que soient les circonstances ». Les principales démocraties et les ligues de défense des droits de l’homme ont affirmé leur procuration quand au sort d’Ai Weiwei. Les internautes ont mis en place sur Twitter une « twitition » rassemblant pour le moment 1781 signatures.

Les œuvres de l’artiste sont actuellement exposées à la Tate Modern de Londres, il y montre notamment Sunflowers Seeds où, sur le sol, cent millions de graines de tournesol en porcelaine, fabriquées et peintes à la main par 1600 ouvrières et ouvriers,  symbole du gouvernement de Mao. Auparavant il s’est formé à New-York. En 2000, il participe, à Shanghaï, au commissariat de l’exposition engagée contre le pouvoir, «F— off». Il a récemment affirmé vouloir s’installer en Allemagne pour y exposer ses installations loin de la censure du régime.  C’est suite à cette décision que, indique son épouse à l’afp:  « La police est venue à la maison avec un mandat de perquisition et a fouillé partout ». « Elle a emporté l’ordinateur, et d’autres équipements. Elle a refusé de donner la raison du mandat de perquisition ou de l’arrestation d’Ai Weiwei ».

La Chine semble craindre une révolution sur le modèle Tunisien, elle cherche à museler ses artistes. Le grondement international devrait permettre une issue favorable à cette triste affaire.

(c) ‘Sunflower Seeds’ by Ai Weiwei, Tate Modern Turbine Hall


DJ Kaos chez Moune, samedi 9 avril
Mango shopping party !
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture