Expos
Les collections du musée Guimet en 3D

Les collections du musée Guimet en 3D

13 janvier 2022 | PAR Laetitia Larralde

Le musée Guimet inaugure sa première exposition à découvrir entièrement en ligne sur les porcelaines chinoises. Une expérience inédite et interactive à tester !

La pandémie nous a tous poussés vers le virtuel, accélérant un mouvement en gestation dans de nombreux domaines. Le musée Guimet n’y fait pas exception. Si le confinement a vu se développer sa chaîne Youtube avec une série de vidéos montrant les coulisses du musée et des focus sur certains de ses chefs-d’œuvre, l’idée d’une visite virtuelle a été poussée un cran plus loin. C’est ainsi que le musée nous propose aujourd’hui sa toute première exposition entièrement numérique sur la porcelaine chinoise.

La visite est virtuelle, mais étonnamment réaliste. L’accueil, le hall d’accès et la grande salle du rez-de-chaussée, soit 1800m², ont été reconstitués en 3D avec un rendu photo-réaliste troublant, nous donnant l’impression de nous promener sur Google street view, l’interactivité en plus. La visite commence donc au même endroit que dans le vrai musée, d’où nous pouvons voir par les fenêtres un paysage dont la météo s’aligne sur celle de Paris en temps réel. Nous pouvons déambuler librement au milieu de la quarantaine d’œuvres issues des collections du musée, et l’on retrouve tous les codes d’une exposition : cartels, présentations générales par section, socles, scénographie, lumières. La temporalité de la visite elle-même, qui peut se moduler selon les envies de chacun, est identique à la réalité. Pour un parcours complet en prenant le temps d’observer chaque œuvre, comptez entre 1 heure et 1 heure et demie.

Dans le monde virtuel, nous pouvons manipuler les objets exposés. Grâce à une numérisation en HD par photogrammétrie, chaque œuvre est reconstituée au détail près, et on peut la faire tourner dans sa vue de face ou de dessus pour en apprécier tous ses motifs et couleurs. Les reflets de lumière sur l’objet changent aussi en suivant son mouvement, donnant l’impression d’avoir le vrai objet entre les mains, mais sans la peur de le laisser tomber. Chaque pièce est accompagnée de son cartel et d’un commentaire audio qui précise l’histoire, les techniques et leurs évolution ou encore l’usage et la symbolique des motifs, en français ou en anglais. La quantité d’explications est bien dosée et laisse le temps d’observer l’objet sous toutes ses coutures avant de passer au suivant, dans l’ordre que l’on veut.

Trois salles inventées viennent se greffer à la grande salle, avec des ambiances moins réalistes, mais plus poétiques. Un champ de mille fleurs, un grand pin bercé par la brise et un temple du dragon explorent les possibilités scénographiques de la réalité virtuelle. De plus, des sons d’ambiance discrets viennent animer la visite. Et tout ceci est rendu possible par l’utilisation d’un moteur de rendu 3D, Unreal Engine, utilisé pour les effets spéciaux du cinéma (Starwars, Westworld…) ou de jeux vidéo tels que Fortnite. La visite peut se faire depuis n’importe quel appareil, même si on vous recommande le confort d’un écran d’ordinateur, sans téléchargement, par Cloud streaming. La réalisation a été confiée à Art+Spaces by Le Socle, une agence dédiée aux nouvelles technologies liées à l’image et leurs applications dans les milieux artistiques et culturels.

L’expérience est tellement enthousiasmante et inattendue de la part du musée Guimet que le contenu même passe au second plan. Les porcelaines présentées sont belles et délicates, et les commentaires soulignent le caractère exceptionnel de chacune. Au final, si cette visite virtuelle est tout aussi satisfaisante qu’une visite réelle, on espère malgré tout qu’elle ne remplacera pas dans le futur les expositions de vivo, que l’on peut partager avec ses amis.

La Chine des porcelaines du 9ème au 18ème siècle
A partir du 12 janvier 2022
Exposition gratuite en ligne
Musée national des arts asiatiques – Guimet

visuels : Guimet, Chine des porcelaines ©SocleCollections

Agenda des vernissages de la semaine du 13 janvier 2022
« Les 50 meilleurs films que vous ne verrez jamais » de Joshua Hull : Chefs-d’œuvre parfaitement inconnus
Avatar photo
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration