Politique culturelle

La 4e nuit de la Philosophie ouvre la Saison France-Israël [Tel-Aviv]

La 4e nuit de la Philosophie ouvre la Saison France-Israël [Tel-Aviv]

01 juin 2018 | PAR Yaël Hirsch

Alors qu’à Paris, l’événement inaugural [email protected] s’apprête à investir le Grand Palais côté France, la Saison France-Israël a ouvert ce jeudi 31 mai 2018 à Tel-Aviv sur le toit de l’Institut Français avec une 4e Nuit de la Philosophie aux mille étoiles et aux plus de 100 participants.

La saison croisée France-Israël dure de juin à novembre 2018 et correspond à plus de 400 événements dans les deux pays. Parmi les événements notables en France : des tournées de la Batsheva Dance Company en France et du Jerusalem Orchestra East & West, des artistes Israéliens au Musée de la Chasse et au Centre Pompidou et en note inaugurale du, 6 au 8 juin 2018 au Grand Palais, un focus sur l’innovation dans cette « start-up nation » : [email protected].

Du côté Israélien, la culture française aura de grands temps forts comme l’exposition de Tatiana Trouvé du 7 juin au 29 septembre 2018 au Musée de Petah Tikva , l’inauguration de la statue du capitaine Dreyfus de l’artiste français Louis Mitelberg, dit Tim, à Tel-Aviv en novembre, un panorama franco-israélien du jeu vidéo indépendant en octobre, une présence marquée de la French tech en septembre au DLD Tel Aviv Innovation Festival ou encore côté musique la première édition de la Folle journée venue de Nantes au Elma Art Center (11-13 octobre) et les Francofolies qui apportent la chanson française à Ashdod (25- 27 septembre).

Mais cette programmation française en Israël a commencé par la où il faut commencer : les brassage d’idée, à l’Institut Français et 10 lieux partenaires. Toute La Culture était sur place puisque sa fondatrice, Yaël Hirsch intervenait dans deux ateliers.

C’est au soleil couchant et sur le toit de l’Institut Culturel Français, au bas du vibrant boulevard Rothschild que Tilla Rudel, l’attachée culturelle de l’ambassade de France et Raphaël Zagury-Orly, commissaire de la Nuit de la Philosophie ont ouvert cette 4 e édition où des philosophes allemands étaient également invités. L’ambassadeur de France en Israël, Hélène Le Gal était présente et a ouvert officiellement la Saison France-Israël.

L’événement a commencé par une question passionnante posée par deux neurologues: dans un contexte si changeant, comment le cerveau qui structurellement a peu changé en 6 000 ans, a-t-il permis à l’homme de s’adapter à un monde qu’il a transmué? La réponse est est en quatre points selon le Dr Lionel Naccache : réutilisation, plasticité, croyance et motivation. L’élément génétique est important selon le Dr Lionel Revel, mais finalement l’acquis et l’acquisition l’emportent toujours sur l’inné: « L’homme ne naît pas avec des capacités fixes mais avec des potentiels flexibles ». Interrogé à l’auditorium de l’Institut par Joseph Cohen et Raphaël Zagury Orly, notamment à partir du livre Comédies, co-écrit avec Caroline Broué et publié chez Fayard en 2016, le producteur et fondateur de Mk2 Marin Karmitz a évoqué les figures tutélaires de Duras et surtout de Beckett (dont il a adapté Comédie en 1965) pour parler de la parole et du silence. Lui qui a découvert son judaïsme tard, vers 18 ans, s’est défini comme un juif d’étude plus que juif de rite. Intéressé par le mouvement par ce qui bouge, il s’est passionné pour Mai 68 à partir du mouvement fondé par Cohn Bendit, mouvement qui s’est pour lui terminé avec la vague européenne de terrorisme de l’année 1973.

Pendant qu’en français et toujours à l’Institut (dans un troisième espace!) David Banon évoquait la figure de l’essayiste Stéphane Moses et que Sophie Nordmann et Perrine Simon-Nahum interrogeaient le rapport à l’universel de penseurs juifs français, en face dans la salle très design du Meet in Place, c’est en anglais, que la politiste Astrid von Busekist et le philosophe Emanuele Coccia ont abordé la question des frontières. Le chercheur a  parlé de leur constitution dans la lutte darwinienne pour la nourriture et la politiste nous a emmenée vers  des considérations plus positives : est-ce bien le même sujet politique qui se confronte et qui vote les frontières? Si non, qu’est-ce que cela veut dire sur l’Etat de droit et la démocratie. Ensuite, toujours en anglais, Marc Crépon a fait parler la figure de Gustav Anders, mari de Hannah Arendt et penseur de la bombe atomique, pour introduire à travers l’étude de ses journaux une réflexion phénoménologique sur la survie en exil. L’expérience de l’exil est avant tout temporelle, c’est un temps de non vie ou en tout cas de renonciation à des rêves. Dans la continuité de cette intervention, la philosophe israélienne et déconstructionniste Avital Ronell a parlé du deuil entre amis, puis de Hannah Arendt lors de la réception de son prix Lessing.

Côté allemand, justement, c’est au centre de culture hébraïque Beit Alma que cela se passait. Une autre spécialiste de Arendt, Marie Luise Knott parlait de pardon chez la philosophe allemande et débattait avec Christiane Voss, Rainer Forst et Daniel Loick du Futur de la Démocratie. Alors que le public composé d’étudiants venus de tout le pays et d’amateurs de philosophie de plusieurs langues et horizons, courait d’une salle de conférence à une autre à la fois gourmand et très concentré jusque tard dans la nuit, la Nuit de la Philosophie s’est terminée vers 2h du matin par des lectures en anglais de textes de Hegel, Schelling et Nietzsche par Joseph Cohen. Certains ont poursuivi la discussion, en français en anglais, en allemand ou en hébreu, dans les rues animées de Tel-Aviv…

visuels : YH

A la Philharmonie de Paris, l’élégante espièglerie de Sir Roger Norrington
Marsatac 2018 : la line – up sonne rap et électro
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *