Politique culturelle

La 3e scène de l’Opéra de Paris lance sa 3e saison en avant-première au Silencio

La 3e scène de l’Opéra de Paris lance sa 3e saison en avant-première au Silencio

15 novembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Ce mercredi 14 novembre 2018, l’Opéra de Paris invitait mécènes, presse et curieux à decouvrir 5 films en avant-première de son espace numérique expérimental qui déplie le ballet et l’opéra au-delà de Garnier et Bastille.

Alors que nous avions découvert la première saison sur les grands écrans de la Fondation Leclerc, en Bretagne, c’est dans l’écrin chic et sur l’écran cosi du club dessiné par David Lynch que nous avons pu voir 5 films de la nouvelle saison de la 3e scène.

« L’opéra doit être une maison de verre », déclarait le directeur de l’Opéra de Paris, Stéphane Lissner pour parler de ce projet qui, en partenariat avec les Film Pelléas, permet à « La création de gens jeunes de faire connaître l’opéra au-delà de son public habitué. » Si le travail est pratiquement bénévole, il y a quand même besoin de mécénat et la soirée, présentée également par le Président du Cercle des Fondateurs de cette 3e scène, Jean-Francois Dubos et son directeur artistique, Philippe Martin a besoin de fonds et de soutiens.

Entre-temps, dans un cinéma tendrement obscur et très plein, nous avons pu nous imprégner de l’ « Atmosphère particulière » de ce nouvel espace avec la présence de jeunes réalisateurs : Ugo Bienvenu et Felix Givry qui font habiter l’opéra par un robot très attachant dans « L’entretien  » (9′) et d’Alexandre Steiger accompagné de « sa muse » Judith Chemla qui déambule dans les coulisses et les sous-sols de Garnier en chevalier pour réenchanter l’amour de dédales dans « De longs discours dans vos cheveux » (15′). Dans Grand hôtel Barbès de Ramzi Ben Sliman (13′), Mozart change la vie de Ulysse 20 ans, sur fond de hip-hop.

Déjà en ligne depuis le 3 octobre et à plus de 140 000 vues, l’onirique « Blue » (11′) de Apichatpong Weerasethakul (Palme d’or pour Oncle Bonmee en 2010) même forêt et décors, veille et sommeil. Présent dès l’origine du projet, « Breathing » (7′) du plasticien japonais Hitoshi Sugimoto mettant en scène l’étoile Aurelie Dupont dans une chorégraphie de Martha Graham sur son île a pu être tourné en juillet. C’est un pur moment d’esthétisme bientôt disponible à tous sur l’espace numérique et transportable que constitue cette 3e scène.

Visuel : Yael Hirsch

Le groupe de K-pop BTS accusé d’apologie du nazisme
« Chien de garde » de Sophie Dupuis : Cain & Abel version Québec
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *