Actu
Polémique autour de la traductrice néerlandaise d’Amanda Gorman

Polémique autour de la traductrice néerlandaise d’Amanda Gorman

03 mars 2021 | PAR Manon Bonnenfant

C’est une polémique dont la maison d’édition néerlandaise Meulenhoff se serait bien passée : la traduction d’un poème d’Amanda Gorman par une traductrice d’une ethnie différente fait grand bruit.

A chaque semaine – si ce n’est jour, sa polémique. Depuis lundi, un choix de traduction pose problème à beaucoup. Il s’agit du poème – désormais célèbre car prononcé lors de l’investiture de Joe Biden en janvier dernier – « The Hill We Climb », par Amanda Gorman. Cette dernière aura constitué une révélation fracassante en ce début d’année, après un passage également remarqué au Super Bowl. Poétesse et militante afro-américaine, Amanda Gorman n’est encore qu’au tout début de sa carrière, prometteuse, brillante. Un succès tel que son poème sera prochainement traduit dans plusieurs langues, dont le néerlandais. Pour cette dernière, l’écrivaine et poétesse (blanche) Marieke Lucas Rijneveld avait été choisie par la maison d’édition Meulenhoff.

Mais quelques heures après qu’elle ait été annoncée officiellement, nombre de critiques sont apparues via les réseaux sociaux et quelques médias : sa couleur de peau ne correspondrait pas avec celle de la poétesse, de son poème ainsi que du combat derrière celui-ci. La journaliste néerlandaise Janice Deul s’est jointe aux critiques en déclarant : « Il vaut mieux confier cette traduction à un artiste de la création parlée, jeune, femme et (…) noire ». L’argument principal derrière cela ? Que toute la puissance et amplitude du message porté par Amanda Gorman soit intact grâce à la traduction d’une personne de sa même couleur de peau, et donc susceptible de mieux conserver la crédibilité d’un tel combat. Le choix de Marieke Lucas Rijneveld serait donc – à les entendre – « incompréhensible » et surtout « mauvais ». 

La polémique fut telle que Meulenhoff dut venir à la rescousse de la traductrice, en précisant que les équipes d’Amanda Gorman avaient bel et bien répondu favorablement à ce choix et donc, que Marieke Lucas Rinjneveld était la personne idéale, elle-même étant « attachée aux questions de l’égalité des sexes et de la résilience ». Malheureusement, sous la pression des critiques, l’écrivaine âgée de 29 ans décida de se retirer du projet le 26 février dernier : « Je suis choquée par le tollé entourant mon implication dans la diffusion du message d’Amanda Gorman et je comprends les gens qui se sentent blessés par le choix de Meulenhoff ». Ne reste plus qu’à trouver un autre traducteur, qui conviendrait ainsi aux personnes en soif de polémiques stériles, et plus encore : dangereuses. 

 

Visuel : ©L. Larralde

La BnF acquiert un exemplaire enrichi de « Du côté de chez Swann » de Proust
(Berlinale) « The first 54 years » d’Avi Mograbi & dialogue avec Jean-Michel Frodon et Serge Lalou
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture