Actu
Nick Tosches, biographe et écrivain rock, est mort

Nick Tosches, biographe et écrivain rock, est mort

22 octobre 2019 | PAR Chloé Coppalle

Il était biographe et journaliste de rock. Nick Tosches est décédé ce dimanche 20 octobre à l’âge de 69 ans, chez lui à Manhattan. Même si les causes de la mort n’ont pas été rendues publiques, le New York Times évoque des raisons médicales.

Né le 23 octobre 1949 d’un père italien, propriétaire de bar à Newark dans le New Jersey, et d’une mère irlandaise, il enchaîne les petits boulots très jeune avant de commencer à écrire sur le rock dans les années 1960-1970. À la fin des années 1960, il collabore avec des magazines célèbres, comme le bimensuel américain Rolling Stones, le mensuel consacré au rock de 1969 à 1988 Creem, ou encore Fusions, le magazine musical basé à Boston de 1967 à 1974, puis vers d’autres styles de revues comme Vanity Fair. Écrivain, il publie son premier ouvrage, Country, en 1977 (traduit en 2000 en français), qui met à l’honneur les grandes figures de la country, valorisant ainsi le genre musical dans son ensemble. Mais ce sera en 1982, pour Hellfire, qu’il signe son succès littéraire. Le livre retrace l’histoire du chanteur iconique de rock et pianiste américain, Jerry Lee Lewis. Dans les années qui suivent, il signe d’autres succès telle que la biographie de l’acteur Dean Martin, Dino, la belle vie dans la sale industrie du rêve, en 1992. Cette période le place comme un critique mais aussi et surtout comme un historien du genre, avec la publication en 1984 d’ouvrages tels que Héros oubliés du rock’n’roll : les années sauvages du rock avant Elvis, édité en France en 2000. Son style littéraire se différencie par son ton rapide, effronté, voire impertinent. 

En parallèle, il développe son approche littéraire et écrit des recueils de poésies dans les années 1980-1990, ainsi que ses premiers romans comme Trinité en 1994, qui raconte les affrontements mafieux entre communautés pour prendre le contrôle du trafic d’héroïne à New York. La mafia et la place des immigrés italiens dans ces milieux sont des sujets clés de l’écriture de Nick Tosches. Dans La main de Dante, un prêtre découvre un exemplaire de la Divine Comédie écrit par la main même de son auteur, l’écrivain italien Dante Alighieri. Chaque feuille vaut des millions. La mafia, qui détient l’objet, fait appel à un personnage nommé Nick Tosches pour la conseiller, écrivain fou du livre en question et en besoin d’argent.

L’écrivain marqua la littérature américaine par son ton agressif et vibrant, mais aussi pour la force de ses ouvrages, qui sont pour beaucoup reconnus comme des classiques.

Visuel : ©Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0), CreativeCommons
Couverture de King of the Jews, trad. française Le Roi des Juifs, éditions Harper Collins, 2005

 

Pierre Guiral, directeur de l’Opéra Grand Avignon nous parle de la nouvelle saison « Fraternité » !
Kimhékim : le maximalisme à son paroxysme
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *