Medias
Emissions politiques : course à l’originalité

Emissions politiques : course à l’originalité

04 novembre 2016 | PAR Audrey Paillasse

M6 diffusera ce dimanche 6 novembre en prime-time le deuxième numéro d’Ambition Intime, l’émission politique controversée de Karine Lemarchand. Dans un contexte de surenchère permanent, de La Vie politique à Punchline, en passant par L’Emission Politique, le nouveau concept de la 6 entend se faire une place dans le paysage médiatique français à 6 mois de l’élection présidentielle. 

Présidentielles 2017 obligent, la visibilité des candidats à l’Elysée n’a jamais été aussi grande, et les chaînes rivalisent de projets novateurs pour capter l’audience. Outre les classiques Vie politique sur TF1 et L’Emission Politique de France 2, plusieurs autres formats ont émergé et n’ont pas manqué de faire parler d’eux, pas toujours pour les bonnes raisons. Punchline, l’émission de C8 présentée par Laurence Ferrari, qui souhaite intéresser les jeunes à la politique, a connu des débuts difficiles, notamment lorsque Arnaud Montebourg a annulé sa venue au dernier moment pour France 2, obligeant la chaîne à déprogrammer le lancement de l’émission.

Dernière polémique en date : celle d’Une Ambition Intime, présentée par Karine Lemarchand sur M6. Fortement décriée malgré les tentatives répétées de l’animatrice pour faire la promotion d’une émission de qualité, M6 a annoncé la programmation d’un deuxième numéro le 6 novembre prochain.

En toute intimité sur un canapé

C’était le 9 octobre dernier en prime-time sur M6 : ils étaient 3,1 millions de Français à découvrir une nouvelle émission de politiques, qui parlaient justement de tout sauf de politique. Portée par Karine Lemarchand, plus connue pour instaurer une complicité avec les agriculteurs de L’Amour est dans le pré, l’émission fait le pari de donner à voir les candidats à la présidence de la République sous un autre jour, celui de leur vie privée. Tout sourire, l’animatrice retrouve ses invités dans un charmant appartement, leur fait des madeleines et les invite à s’asseoir confortablement sur le canapé qui sera le réceptacle de leurs confessions. La musique douce comme fond sonore finit de convaincre les téléspectateurs du grotesque de la situation.

Pour la chaîne le message est clair : il s’agit d’aller à contre-courant des discours politiques omniprésents qui parasitent le paysage médiatique français. En savoir plus sur le politique en tant qu’humain, avec son histoire personnelle et ses émotions, dépasser les frontières communicationnelles pour appréhender une personne, sont autant d’arguments visant à légitimer l’existence d’Une Ambition Intime.

Problème : la question de la sincérité des invités de l’émission. Si l’objectif affiché d’M6 est de recueillir sans filtre les aveux des candidats à l’Elysée, on a bien du mal à ne pas questionner le naturel de personnages politiques en constante représentation, qui pèsent habituellement chaque mot avant de s’exprimer. Comment ne pas voir en effet leur participation comme une simple opération de communication supplémentaire ?

« Copinage » avec le FN

Le 9 octobre pour la première de l’émission, Karine Lemarchand recevait Bruno Le Maire, Nicolas Sarkozy, Arnaud Montebourg et surtout Marine Lepen, candidate du Front National au cœur de la polémique autour d’Une Ambition Intime. Invitée sur le plateau de C à vous, Karine Lemarchand a subi de vives critiques de la part de Patrick Cohen, qui anime la matinale de France Inter, l’accusant de « copiner » avec le FN, et de participer ainsi à sa dédiabolisation auprès des électeurs français. En promotion sur plusieurs chaînes de télé, l’animatrice s’est défendue en se disant fière que chaque parti politique soit traité avec le même égard que les autres, et que personne, au vu de l’émission, ne puisse savoir pour qui elle votera en 2017. Le patron d’M6, Nicolas de Tavernost, a quant à lui volé à son secours : « Dire qu’on rend Marine Le Pen sympathique, c’est penser que les gens ont perdu leur faculté de jugement ». C’est justement lors de l’interview de Marine Le Pen que l’émission a connu son pic d’audience (4 millions), et que les téléspectateurs se sont le plus lâchés sur les réseaux sociaux, visiblement eux aussi choqués de l’attitude de Karine Lemarchand avec la candidate FN.

Programmé ce dimanche 6 novembre, nul doute que le second numéro de l’émission saura encore faire parler de lui. Karine Lemarchand recevra cette fois-ci Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Alain Juppé, et François Bayrou. Benoît Hamon, qui avait été contacté, a décliné l’invitation, déclarant que l’émission « ne correspond pas à sa vision de la politique ».

Brutus, un nouveau format sur Facebook

Dernière minute, direct, sans filtre…ce sont les mots d’ordre du petit dernier de la joyeuse bande des émissions politiques. Brutus, en partenariat avec France 24, est diffusé en direct exclusivement sur Facebook. L’émission revendique une communication plus fluide entre les citoyens et le candidat politique puisque ce sont les électeurs présents sur place, et non les journalistes, qui posent les questions. Avec des interventions spontanées supplémentaires des internautes, tout le monde peut interpeller à n’importe quel moment l’invité sur le sujet de son choix. Insolite : on ne sait pas qui sera interviewé avant le lancement ; l’effet de surprise est donc total.

Mercredi 2 novembre, c’est Alain Juppé qui était à l’honneur pour la première de l’émission. Il a été interrogé par une trentaine d’électeurs qui ont fait le déplacement, après s’être inscrits au préalable sur le site officiel. Le prochain rendez-vous avec une figure politique encore inconnue est fixé au 9 novembre à partir de 19h15 sur la page Facebook de France 24.

Visuels : © M6 © L’Express © France 24

 

Gagnez 5 liens VOD pour le film I.T avec Pierce Brosnan
[Interview] de Christian Darasse, dessinateur de Tamara, la BD qui a inspiré le film avec Héloise Martin et Rayane Bensetti
Audrey Paillasse

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *