Actu
Luchita Hurtado, 98 ans, exposait pour la première fois à Londres

Luchita Hurtado, 98 ans, exposait pour la première fois à Londres

05 février 2020 | PAR Zoé David Rigot

L’artiste venezuelienne Luchita Hurtado, quand tout le monde allait dormir, commençait à peindre. Elle peignait, elle a peint toute sa vie, elle peindra, comme « elle vit, elle meurt, elle renaîtra ».

« I live, I die, I will be reborn » est le nom de sa première exposition en solo à la Serpentine Sackler Gallery, qui a eut lieu à Londres jusqu’en octobre. Luchinta Hurtado est née à Maiquetia, au Venezuela et part aux États-Unis en 1928. Elle voyage au Mexique, puis s’installe à Santa Monica en Californie, où elle réside encore. Ses peintures et dessins parlent avec présence et couleurs de son engagement dans le monde, du monde en elle en tant que femme, de la vie et de tout ce qui la compose. L’exposition reflète les trajectoires de sa vie, en partant des débuts de son expérimentation en passant par l’abstraction, pour arriver vers ses derniers travaux qui prennent le corps comme point d’appui, comme point de départ, comme champs d’expérimentation. Elle est passée à travers le temps pour amener avec elle de magnifiques panels de techniques et de perspectives… on savoure les divers angles desquels elle voit et dévoile le monde.

Elle explore les frontières et les limites humaines, le non-humain, la présence des choses lorsqu’elles sont au monde – tout advient au monde, en fait, par son travail. Sa peinture danse, embrasse et se meut avec l’espace, révélant l’invisible. Aussi, Hurtado est bien présente, elle prend tout l’existent. Témoignant avec finesse et délicatesse des problématiques politiques et écologiques contemporaines, elle tente de retranscrire les échos récoltés dans la forme des arbres, dans les figures quotidiennes, et elle cherche sans cesse l’impact des voix diverses de l’air modulé dans le cycle de la vie humaine. Éco-féministe et engagée, elle capture de son langage visuel unique la responsabilité de l’humain constamment pris dans le monde naturel.

Son oeuvre est pleine de fraîcheur, de courage bienveillant, elle est poétique et touchante, elle amène la paix. Elle rappelle l’humilité avec sagesse, ainsi il est bon de la connaître… c’est une belle leçon d’humanité !

 

 

Visuels : Oeuvres de Luchita Hurtado lors de l’exposition. All creative commons.

Falaise à la MC93, une plongée surréaliste
L’agenda cinéma de la semaine du 5 février
Zoé David Rigot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *