Actu
Le pass culture étendu aux élèves de collège

Le pass culture étendu aux élèves de collège

08 juillet 2022 | PAR Cloe Bouquet

La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé ce mercredi 6 juillet l’extension du pass culture aux collégiens, jusque-là réservé aux 15-18 ans avec 20 euros mis à disposition l’année des 15 ans, 30 euros à 16 ans puis 17 ans et 300 euros à l’âge de 18 ans.

Un âge moins autonome

« Rendons la culture accessible à toutes et tous, dès la jeunesse. C’est pourquoi nous proposerons d’étendre le pass culture dès la sixième et d’amplifier l’éducation artistique et culturelle », a déclaré Elisabeth Borne lors de son discours à l’Assemblée nationale. Comme le souligne le sociologue Philippe Coulangeon dans un entretien à La Croix, cette extension évoque un changement de philosophie, car ce sont surtout les parents, à cet âge, qui choisissent les dépenses effectuées, y compris dans le domaine culturel. A l’inverse, cet argent mis à disposition des collégiens peut leur permettre d’acquérir dans une relative autonomie des informations utiles en achetant des biens culturels qu’ils n’oseraient pas demander à leurs parents. Mais cette extension engage aussi les professeurs : le pass propose en effet un volet collectif à partir de la 4e pour la mise en place, notamment, de sorties culturelles dans le cadre scolaire.

La question de la diversité culturelle

Le pass inclut par exemple les jeux vidéos dans les biens culturels ; si l’on peut se réjouir de leur intégration officielle dans cette catégorie, il ne faudrait pas que le pass se réduise à ces biens : il est intéressant, par conséquent, qu’il soit aussi utilisable pour se payer des cours dans les disciplines artistiques, et qu’il permette ainsi non seulement la consommation mais encore la pratique culturelle, l’apprentissage en plus de l’accès financier à la culture.

Mais, c’est bien connu, donner les moyens ne suffit pas : encore faut-il informer sur les différentes propositions culturelles. Le milieu social d’où l’on vient ne détermine pas seulement en raison du revenu correspondant. La diversification de la culture reste un problème : les mangas ont largement été les biens les plus vendus grâce à ce pass, selon des chiffres révélés en novembre 2021 par le magazine Livres Hebdo. Il faut avoir connaissance de l’ensemble de ce qui existe suffisamment tôt pour pouvoir y être rendu sensible plus facilement, et cette extension du pass aux collégiens pourrait aller en ce sens. « On peut imaginer de canaliser une partie de l’enveloppe vers les lieux de diffusion de la culture vivante (théâtres, salles de concert…) et les musées », conseille Philippe Coulangeon. « Si le pass culture sert essentiellement à financer de l’achat de biens culturels, il ne changera pas énormément les inégalités d’accès à la culture. »

Un outil de découverte

De fait, la géolocalisation de l’application « Pass Culture » a été pensée pour essayer de pallier ce problème. L’algorithme calcule ses propositions en fonction des goûts de l’individu mais aussi de sa position géographique, et celui-ci peut donc prendre connaissance d’activités ou de spectacles dont il n’aurait peut-être jamais entendu parler sans cela. Pour que le pass apporte vraiment quelque chose, il faudrait donc qu’il soit en effet un outil d’ouverture, de découverte, et non seulement de consommation. Sans cela, il semble ne constituer qu’un soin palliatif à un problème de fond qui relève de l’éducation plus que de l’économie, même si les deux sont liés.

 

Visuel : logo Pass culture

 

Castellucci de retour à la terre au Festival d’Aix
Judith Owen ose le jazz des femmes libres à We Are
Cloe Bouquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture