Actu
Le mandat d’arrêt de Nelson Mandela : quand un NFT aide à la mémoire de la lutte anti-apartheid

Le mandat d’arrêt de Nelson Mandela : quand un NFT aide à la mémoire de la lutte anti-apartheid

04 avril 2022 | PAR Jacques Emmanuel Mercier

Un NFT du mandat d’arrêt de Nelson Mandela a été mis aux enchères en début de semaine, le tout dans le but d’aider financièrement le musée Liliesleaf Farm, consacré à la mémoire de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud

Un évènement historique

Le 5 août 2022, on commémorera les 60 ans de l’arrestation de Nelson Mandela en Afrique du Sud. L’arrestation du premier président noir sud-africain et le procès qui s’en est suivi apparaît comme un événement majeur de l’histoire de la lutte anti-apartheid. À cette occasion, un mandat d’arrêt fut fait et c’est un NFT ( Le jeton non fongible : non fongible token) de celui-ci qui a été mis aux enchères il y a quelque jours. Ce mandat à la fois signé en anglais et en afrikaans : la langue des Afrikaners qui était la population dirigeante du pays à cette époque ; a eu le droit à sa version NFT et fût mis en vente par la plateforme Momint.

 

Un prix fort pour la bonne cause

Le prix de réservation était de près de 56 000 euros, au final le NFT, sobrement nommé NFT Mandela , est parti pour un peu plus de 100 000 euros, soit près de 2 millions de rands, la monnaie locale. Le PDG de la plateforme Momint : Ahren Posthumus a déclaré à l’AFP « Les recettes iront au musée Liliesleaf afin qu’il garde ses portes ouvertes et se remette à flot » le président du musée Liliesleaf Farm, Nicholas Wolpe ajoute « C’est vraiment une façon unique et nouvelle de générer des revenus.»

Un musée avec de grosses difficultés

L’acheteur anonyme recevra une certification de son achat. Pendant ce temps, l’original restera lui, au musée Liliesleaf Farm de la banlieue nord de Johannesburg. Le musée est sujet à de grandes difficultés depuis la crise sanitaire et a dû fermer ses portes depuis septembre 2021. Il est basé sur une ancienne ferme où s’était souvent réfugié le principal mouvement de lutte contre l’oppression, l’African National Congress (ANC). Nelson Mandela lui-même s’y était caché au début des années 60. Il a été transformé en musée depuis quelques années et a ouvert ses portes au public en 2008.

visuel : Vue de l’un des bâtiments ©Creatives Commons

Marseille : Un coup de théâtre, Robin Renucci à la tête de la Criée
Festival A CORPS : cruising, sorcellerie et apocalypse
Jacques Emmanuel Mercier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture