Actu
Le centenaire de Soljenitsyne est célébré à Moscou

Le centenaire de Soljenitsyne est célébré à Moscou

12 décembre 2018 | PAR Gabrielle Degeorge

Une statue de l’écrivain Soljénitsyne est érigée à Moscou en l’honneur du centenaire de sa naissance. 

La Russie célèbre cette année le centième anniversaire de la naissance de l’écrivain et dissident soviétique Alexandre Soljénitsyne, né le 28 novembre 1918 à Kislovodsk en Russie. Une statue de l’écrivain a été érigée mardi 11 décembre à Moscou en présence du président Vladimir Poutine et de la veuve de l’écrivain, Natalia Soljenitsyne.

L’auteur de l’Archipel du Goulag, lauréat du prix Nobel, fut exilé de son pays sous Brejnev en 1974 pour avoir révélé au monde l’horreur des goulags. Il avait profité du « dégel » sous Krouchtchev pour publier Une journée d’Ivan Denissovitch, la narration de son expérience dans les camps. Il revient en Russie vingt ans plus tard après la tombée de l’URSS et décède en 2008 à Moscou. Il reste célébré à travers le monde comme une figure de résistance.

Le président Poutine a énoncé pour l’occasion un discours, disant que l’écrivain avait « démontré la valeur évidente des lois morales sur lesquelles repose la santé de n’importe quelle société », avant d’ajouter que « même en exil, Soljenitsyne ne permettait à personne de parler de la Russie de manière dédaigneuse, méchante, et (qu’)il résistait à toute forme de russophobie ».

A l’occasion du centenaire, le fils de l’écrivain Ignat Soljenitsyne dirige un opéra dans la prestigieuse institution du Bolchoï à Moscou, basé sur l’œuvre de son père Une journée d’Ivan Denissovitch.

Dans un pays qui vénère ses figures littéraires, on peut se demander si Soljenitsyne demeure une figure de résistance dans la Russie d’aujourd’hui. Bien qu’il figure encore dans le panthéon des auteurs russes, sa popularité semble être en baisse : selon un sondage de Vtsiom, seulement 9% des russes montrent un intérêt pour l’écrivain de nos jours.

Visuel: ©Creative Commons

Fracassés, Gabriel Dufay s’attaque à Kate Tempest
Marina Hands et Francine Bergé lauréates du Prix Brigadier 2018
Gabrielle Degeorge

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *