Actu

L’Atelier des artistes en exil remporte le Prix culture pour la Paix

L’Atelier des artistes en exil remporte le Prix culture pour la Paix

19 décembre 2018 | PAR Loïs Rakotonoera

L’Atelier des artistes en exil a reçu hier soir le Prix culture pour la Paix. Depuis cinq ans et en partenariat avec la Fondation Culture & Diversité, ce prix attribué par la Fondation Chirac distingue une association ou des personnalités pour leur action en faveur du règlement des conflits par des programmes artistiques ou culturels. 

Dans le théâtre Claude Levis-Strauss du musée du Quai Branly, l’actuel maire de Bordeaux, Alain Juppé a remis à
Judith Depaule et Ariel Cypel le Prix culture de la paix. Les deux anciens dirigeants de Confluences ont créé en janvier 2017 l’Atelier des artistes en exil, une initiative inédite. Au coeur du 18e arrondissement de Paris, cette structure accueille près de 200 artistes contraints de quitter leur pays. Menacés, ces artistes originaires d’une quarantaine de pays sont représentatifs des milliers d’immigrés de pays en plein conflits. L’Atelier leur offre un espace de travail et les met en relation avec des professionnels français et européens afin qu’ils puissent poursuivre leur pratique artistique et se reconstruire.

Dans une Europe fracturée par les tensions liés à l’immigration et à la montée du populisme, remettre ce prix à une initiative aidant des artistes migrants a bien évidemment une dimension politique. En cette journée internationale des migrants, Alain Juppé a rappelé que « l’immigration est ancienne par l’histoire et explosive par l’actualité ». La Fondation Chirac lutte contre les conflits et oeuvre pour la paix à travers le monde. Le remise de ce prix a pour but de soutenir ceux et celles qui mettent leur vie en péril pour celles des autres. L’art et la culture font parties de ces disciplines menacées dans les zones de conflits, en Afrique ou encore au Moyen-Orient. Tout comme les entreprises menées par les ONG, l’art permet de sensibiliser le public et de transmettre un message d’espoir et de solidarité. En novembre dernier, s’achevait le festival Vision d’Exil organisé par l’Atelier, s’inscrivant dans cette perspective. Car aujourd’hui, « l’art demeure le meilleur antidote contre l’indifférence » comme le rappelait Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

La cérémonie solennelle d’hier soir a aussi été l’occasion de remettre le Prix CHIRAC pour la prévention de la paix à Dinushika Dissanayake pour son action pour la résolution du conflit au Sri Lanka.

 

Visuel : Loïs Rakotonoera

William Shakespeare de Victor Hugo chez Folio Classique
Première édition du Festival Pianos Pianos aux Bouffes du Nord
Loïs Rakotonoera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *